La célébration de la Journée mondiale de l'eau aura lieu, pour la première fois, à Constantine. Le 22 mars prochain, donc, c'est M. Hocine Necib qui devrait procéder à l'inauguration des deux journées portes ouvertes, organisées dans ce cadre les 22 et 23 mars, au niveau de l'université des sciences islamiques Emir Abdelkader (USIC), avant de se diriger vers Mila, la capitale de l'eau, où se tiennent diverses manifestations à l'occasion. «Toutes les sociétés ayant lien avec l'eau seront présentes lors de ces journées portes ouvertes, dont la Seaco, la Seal, la Seor, l'ANRH, l'Agence des barrages (ABH), l'ONA, l'ADE, d'autres sociétés d'irrigation et deux écoles spécialisées dont les cours de formation ont trait à l'eau», nous dira le chargé de la communication de la Seaco. Ajoutant que l'occasion sera offerte, durant ces deux journées, de se mettre en contact du public, et lui expliquer les missions de chaque organisme, notamment. On apprendra dans ce sens que le choix de Constantine en tant que ville d'accueil de la célébration de cette Journée mondiale de l'eau n'étant pas fortuit, la thématique de ces portes ouvertes sera axée sur la manifestation «Constantine capitale de la culture arabe, 2015», ainsi que le lieu même choisi pour cet évènement, en l'occurrence l'USIC Emir Abdelkader, qui devrait être mis en exergue à l'occasion. Pour précision, partout dans le monde, on célèbre cette année l'évènement sous le thème «l'eau, source de vie». Selon l'ONU, qui célèbre en cette année 2015 «la décennie internationale d'action l'eau source de vie'', chaque année, plus d'un milliard d'êtres humains n'ont guère d'autre choix que d'utiliser de l'eau potentiellement dangereuse. Ainsi, souligne-t-on, se perpétue sans bruit une crise humanitaire qui fait chaque jour 3 900 victimes parmi les enfants et compromet la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Le groupe spécial sur «l'Eau et l'assainissement» du projet du Millénaire des Nations Unies a en outre reconnu récemment que le succès ou l'échec de tous les OMD dépendait étroitement du développement et de la gestion intégrés des ressources en eau car les personnes défavorisées, si elles sont privées d'eau, sont tout simplement privées de vie.     

A.Z. | Le Quotidien d'Oran 


           Dans le cadre de la célébration de la Journée nationale des personnes handicapées, coïncidant avec le 14 mars de chaque année, la direction de l'Action sociale de la wilaya de Constantine a initié une caravane de sensibilisation et d'information, avec la participation de ses centres spécialisés et nombre d'associations actives dans le domaine, qui doit sillonner plusieurs quartiers de la ville avant de se diriger vers la nouvelle ville de Ali-Mendjeli et faire de même. Selon le chargé de communication de cette administration, M. Rahailia, l'objectif de cette initiative est de mettre en exergue et montrer, à l'aide de dépliants à distribuer et de contacts directs avec la population, les moyens dont dispose cette catégorie de citoyens ainsi que les capacités qu'elle recèle. La caravane porte le slogan de «le handicapé au service de Constantine capitale de la culture arabe» que les concernés veulent dédier ainsi entièrement, dira-t-il, à l'évènement tant attendu. Les cadres et travailleurs ainsi que les pensionnaires des centres de la DAS se considèrent mobilisés pour donner bonne figure lors de visites que des délégations arabes et étrangères ne manqueront pas à leur faire. Il s'agira, ajoutera-t-il, de montrer ce qu'il y a lieu de voir dans ces centres en matière d'enseignement et de pédagogie, mais également de formation pratique. Notre interlocuteur parlera aussi du programme de célébration qui se poursuivra dans la journée d'aujourd'hui à la maison de jeune Filali où une exposition aura lieu. Cette exposition montrera les activités des 12 centres spécialisés de la DAS et des associations activant dans le domaine de la protection et la promotion des personnes handicapées. Ainsi seront exposés notamment les équipements d'enseignement de l'école des malvoyants, tels les imprimantes en braille, les appareils d'écoute pour malentendants, de même que les produits des ateliers de certains centres, à l'instar de chaises, de tables… etc. L'office national des appareillages pour personnes handicapées (ONAPH) d'El-Khroub exposera également ses produits à l'exemple de fauteuils pour handicapés et d'équipements artificiels aidant à marcher et d'autres en remplacement de membres amputés. Avant-hier, la même maison de jeunes a abrité une journée d'étude sur les handicapés où il a été fait état que la wilaya compte plus de 40.100 handicapés dont près de 9100 handicapés à 100%.


         Une rencontre médicale regroupant des médecins généralistes des 17 wilayas de la région Est du pays se tiendra dans l'après-midi d'aujourd'hui, dimanche 15 mars, à l'Institut supérieur de formation paramédicale de Zerzara et sera probablement présidée par le ministre de la Santé en personne, avons-nous appris, hier, de différentes sources du secteur de la santé publique de Constantine. Nos sources ont indiqué que cette rencontre d'envergure est initiée par le ministère de tutelle dans le cadre de la mise en application du plan national de lutte contre le cancer et elle sera encadrée par des professeurs en médecine de haut niveau ainsi que des cadres du ministère dans le cadre d'un programme de formation à l'oncologie (chimiothérapie) des médecins généralistes du secteur public pour la prise en charge des cancéreux. Et d'ajouter que ce rassemblement pourrait réunir en même temps plus de 500 médecins généralistes, ceci du fait que chaque wilaya sera représentée par un certain nombre de médecins généralistes du secteur public. Et, au sujet du but visé par la rencontre, nos sources diront, sans plus, qu'il s'agit de former les médecins généralistes du secteur public à la prise en charge des cancéreux au niveau de leur wilaya de résidence pour les empêcher de se déplacer dans les grands centres hospitaliers régionaux, lesquels ne peuvent plus continuer à faire face aux flux incessants des malades qui arrivent des wilayas de l'intérieur. Le programme de formation pourrait débuter aujourd'hui même au niveau de l'Institut supérieur de formation paramédicale (ISFP) de Zerzara, pour la partie théorique, et dans les services de l'oncologie du centre hospitalo-universitaire Benbadis de Constantine en ce qui concerne l'aspect pratique. La formation s'étalera sur une période qui sera déterminée dans le programme qui sera communiqué à cette occasion. Et bien que les secteurs concernés n'aient délivré aucune information à ce sujet, nos sources ont indiqué encore qu'une conférence de presse devrait se tenir ce matin à 10h au siège de la direction de la santé, de la population et de la réforme hospitalière de Constantine pour communiquer tous les détails relatifs à cet évènement et au programme de formation que suivront les médecins généralistes de l'Est.


     J-30, le compte à rebours qui nous sépare de l'ouverture de l'événement «Constantine capitale de la culture arabe 2015» doit donner du trac aux autorités locales et des inquiétudes aux citoyens. La scène locale est empreinte d'une fébrilité perceptible chez les responsables qui mettent les bouchées doubles pour terminer des projets qui ne peuvent pas attendre. Tous les accès du centre-ville sont fermés dans la nuit, période d'intenses travaux engagés sur la chaussée et les façades des immeubles notamment. C'est que, au-delà des «satisfecit», on craint sérieusement de ne pas être totalement prêt au rendez-vous. «Le challenge, justement, c'est de ne pas rater le rendez-vous, à l'ouverture, le 16 avril, Youm El Ilm (la journée du savoir), où l'on ne tolèrerait aucun chantier encore en activité sur des lieux qui doivent accueillir les délégations de pays arabes et européens», relèvent des avis de citoyens. Quoique une forte majorité parmi ces derniers demeure sceptique, estimant qu'il est impossible de rattraper le cumul des retards durant les quelques jours qui nous séparent de l'ouverture de la manifestation, il est permis d'espérer que Constantine honore sa mission. Même si tant de projets resteront encore en voie de réalisation, ou pas encore entamés du tout, à l'enseigne du chemin des touristes, annulé carrément selon des sources fiables, l'ambiance générale doit impérativement se prêter à la célébration de l'évènement. On constate à ce sujet que l'armée a été appelée à la rescousse pour participer à l'organisation de l'ouverture en nocturne de la manifestation dans la nuit du 15 avril. Lors d'une récente soirée, les gens ont été surpris de voir des militaires se charger du transport de l'esplanade vers le centre-ville, où une simulation a été organisée en présence de techniciens japonais. En tout cas, il n'y a pas que l'armée qui est de la partie, pratiquement tous les secteurs s'impliquent dans la préparation de la manifestation. Et, chacun essaie d'apporter sa contribution à l'édifice. Reste maintenant la grande inconnue, ou la grande interrogation, quel accueil réservera la population constantinoise à cette manifestation, à ses invités ? Ce n'est, donc, pas la préparation matérielle et logistique qui peut pousser à l'inquiétude, le vieux rocher à lui seul pouvant constituer une attraction touristique inestimable, mais bien ce facteur de «mentalités désespérées», d'une population désintéressée de la fête qui se prépare chez elle, qui semble s'incruster dans l'environnement et qui fait craindre qu'on passe à côté de la plaque le jour «J».


     Le colloque sur « l’encadrement juridique et règlementaire de la publicité commerciale » organisé à l’université des frères Mentouri – Constantine par la Chambre de commerce et d’industrie Rhumel en partenariat avec la faculté de droit a vu la participation de plusieurs professionnels de la publicité venus de Tunisie, France, Egypte, Emirats Arabes unies, Arabie Saoudite et Maroc aux côtés d’universitaires de Jijel, Tizi-Ouzou et Constantine. Cette rencontre a permis de débattre des aspects liés à la régulation de la publicité commerciale au titre d’un régime juridique constituant un « enjeu fondamental ». Tout comme il a été précisé que la régulation doit « faire émerger un équilibre entre la responsabilité sociale et professionnelle et assurer la concurrence loyale dans toutes les relations commerciales. Au titre des recommandations, l’accent a été mis sur l’éthique de la publicité dans les journaux ainsi que la protection du consommateur de la publicité mensongère.


           L'avion solaire Solar Impulse 2 a décollé lundi d'Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, pour la première étape d'une tentative de tour du monde inédite pour un avion propulsé par l'énergie solaire. Au terme de sa première étape, l'avion doit rejoindre Mascate, la capitale d'Oman. Le projet de tour du monde doit durer cinq mois. Ses promoteurs veulent encourager le développement des sources d'énergie renouvelable. "Solar Impulse veut mobiliser l'enthousiasme de l'opinion autour de technologies qui permettront de réduire la dépendance aux carburants fossiles et susciter l'émotion autour des énergies renouvelables", explique l'équipe sur son site internet. D'une masse de 2.300 kg, comparable à une voiture familiale, mais doté d'une aile d'une envergure de 72 mètres, Solar Impulse 2 peut voler à une vitesse comprise entre 50 et 100 km/h. Son tour du monde est programmé sur douze étapes. Il devrait mettre 25 jours environ à boucler les 35.000 km du parcours via l'Inde, la Chine, l'océan Pacifique, les Etats-Unis et le sud de l'Europe. "On peut réaliser des miracles avec les énergies renouvelables comme l'énergie solaire", expliquait récemment le Suisse Bertrand Piccard, un des deux pilotes de l'avion solaire. "Nous voulons démontrer que nous pouvons voler de jour comme de nuit à bord d'un avion qui ne consomme pas une goutte de carburant." Le projet, dont le développement a débuté il y a douze ans, est mené en coopération avec les entreprises Bayer AG, Solvay, ABB, Schindler, Omega et Masdar.


      L‘université de Batna a organisé hier et avant-hier au niveau de l’auditorium Hadj Lakhdar, les journées d’études nationales sur l’entrepreneuriat destinées à la gent féminine et ayant comme slogan : « Entrepreneuriat au féminin (Jenef), solution de la diversification de l’économie nationale.». Cette manifestation scientifique perçue comme étant une action menée par l’université pour l’émancipation de la femme, vise à renforcer les efforts de l’Etat en matière de lutte contre le chômage et à donner un certain appui à la relance de l’économie nationale en se basant sur l’exploitation des potentialités humaines et principalement les cadres universitaires femmes. En effet, ces dernières constituent la majeure partie des 60.000 étudiants poursuivant leurs études à l’université de Batna et des 12.000 étudiants sortant presque chaque année des instituts avec des diplômes, ce qui explique leur présence en force divers secteurs de la vie active. Les axes principaux de ces journées d’études reposent sur le fait des sensibiliser les étudiantes sur le fait qu’elles peuvent opter pour la création de leur propres entreprises grâce à leurs fonds personnels ou en sollicitant de crédits bancaires. Pour rappel, pas moins de 82 entreprises ont été créées en 2014 par des femmes dans la wilaya de Batna grâce au financement étatique. Dans le cadre global, on note avec satisfaction que bon nombre de femmes au foyer ont réussi à se hisser à un bon niveau, à effectuer un cycle de formation, à créer leurs propres entreprises et leurs propres activités rentables leur permettant de percer au niveau social. En effet, des couturières, à titre d’exemple, ont évolué à tel point qu’elles ont fondé des ateliers de couture, ouvert des boutiques de prêts-à-porter modernes et traditionnels et sont parvenues à créer beaucoup d’emplois pour de jeunes et moins jeunes filles en difficulté. Ainsi et grâce en grande partie aux dispositifs étatiques de lutte contre le chômage tel que l’ANSEJ, celui de la Caisse Nationale d’Assurance Chômage, CNAC, ou celui l’Agence Nationale pour la Gestion du Micro-crédit, ANGEM, et avec un simple diplôme qualifiant des femmes au foyer sont devenues chefs d’entreprises, ce qui peut servir d’exemple à suivre. Des femmes chefs d’entreprises et des cadres versés dans le domaine de l’emploi, sont intervenus pour expliquer aux étudiantes tout ce qui a t rait à la création de micro entreprises en mettant en évidence les secteurs où les femmes peuvent évoluer sans contraintes et sans problèmes tels que celui de la bijouterie, l’hôtellerie, les services, la haute couture et tant d’autres avec un accompagnement souvent assuré par des structures étatiques du début jusqu’à la concrétisation de tel ou tel projet. Des observateurs estiment que le climat des investissements en Algérie offre des opportunités équitables pour l’homme et la femme mais malgré cela, il y a une relative faiblesse de l’entrepreneuriat féminin du fait que bon nombre de citoyens formulent encore des réserves pour ne pas dire voient encore d’un mauvais œil l’accès de la femme au monde des affaires. N. Bakha


     Le travail libère la femme et lui permet de s‘affranchir de nombreuses lourdeurs dans une société de réputation mais en pleine mutation. C’est en tout cas ce que proposent de démontrer les responsables d’agences de type ANEM, ANSEJ et CNAC en matière de création d’entreprises au féminin en montrant le meilleur sans parvenir à occulter le moins bon. Une femme à la tête d’une PME n’est plus un défi à la logique manichéenne dans la mesure ou malgré des écarts encore tranchants, elle arrive à s’accaparer 10 % des projets dans le cadre des investissements CNAC. En effet, sur 4000 projets drivés par cette caisse (ANGEM) 400 sont allés à des femmes entrepreneurs qui ont pu lancer tout un éventail de PME avec au bout l’assurance d’être soutenues par les banques dès lors que « l’affaire tient bien sur des rails » et qu’elles remboursent leurs dettes contractées. De son côté l’ANSEJ a annoncé hier la création de 1060 entreprises ayant généré 2500 emplois permanents sans trop de pertes collatérales. Quant à l’ANGEM dont les crédits sont plafonnés à 10 millions de centimes, elle a fait état de 1772 projets divers. Questionné sur l’éventail des projets financés et leur impact socioéconomique selon les secteurs que les habituels travaux de « Tedjmile » de coiffeuses, la confiserie, la pâtisserie ne sont plus en course ainsi que de nombreuses autres activités de services. L’accent est mis à présent sur « les activités productrices de richesses » que seul permet le développement de la production sous toutes ses formes industrielles ou agricoles ou encore artisanales pourvoyeuses d’emplois. Sont citées également les activités agricoles en milieux rural notamment l’apiculture pratiquée par des dizaines de femmes pour la production du miel et de cire qui fait tant défaut sur les marchés. D’autres femmes se sont lancées dans l’élevage des vaches laitières avec succès contribuant ainsi à atténuer le déficit en matière de lait. Enfin, il est signalé les activités de 6 laboratoires d’analyse créés par des femmes versés dans le contrôle de dizaines de produits aussi bien alimentaires qu’industriels. Preuve est ainsi faite que la femme universitaire ou non peut prétendre à tous les emplois et à toutes les fonctions. Pourtant dans ce plaidoyer sur la réussite des femmes entrepreneurs l’on n’a pas trop insisté sur de nombreux échecs pour des causes diverses. C’est le cas de ces 10 femmes ayant bénéficié de l’opération 100 entreprises par commune qui n’ont jamais pu ouvrir leurs locaux bloqués par des trabendistes et se trouvent à faire face à des crédits bancaires non remboursés. C’est le cas de la petite entreprise versée dans la location de voitures sans chauffeur mise à genou par le nombre d’accidents et la casse des véhicules. Il s’est trouvé une femme pour rappeler que la loi impose aux grandes sociétés (SONELGAZ, etc…) de faire appel aux PME dans la proportion de 20 % mais ce quota imposé est loin d’être respecté. A B.


Le gouvernement algérien a donné son feu vert pour la création de l'Académie des sciences et de la technologie, a déclaré samedi Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, relayé par l'APS. Cette académie, "espace autonome et haute compétence en tant qu'autorité scientifique suprême du pays", contribuera au développement des sciences et de leurs applications. Cet établissement conseillera les autorités publique dans le domaine des sciences, et servira par la même occasion de pont avec les autres académies du monde", a déclaré M. Mebarki, à l'occasion de l'ouverture des travaux de la Conférence nationale des universités. Cette académie des sciences et de la technologie sera composée de 200 membres. Le ministre de l'Enseignement supérieur a précisé qu'un noyau fondateur d'une cinquantaine d'académiciens sera constitué, en attendant la promulgation du décret présidentiel lié à cette institution. La démarche de création de cette académie ainsi que son statut "ont déjà été proposés au gouvernement par le comité de suivi, a indiqué la même source, assurant "que tout sera fait avec un maximum de rigueur et de transparence, dès que le statut sera fixé par un décret présidentiel". Quant aux critères d'accès à cette académie,M. Mebarki a indiqué que des membres des académies les plus reconnues, à l'image de la Suède, la France et les Etats-Unis, les fixeront. Ces critères, a-t-il fait remarquer, concernent les domaines des mathématiques, de la physique, de la chimie, de l'informatique, des sciences de l'ingénieur, des sciences médicales, des sciences de la nature et de la vie et des sciences de la terre et de l'univers, a-t-il conclu.


Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a présidé, hier après-midi à Alger, une cérémonie de distinction de 33 maîtres de conférences promus au grade de "professeur" et cinq chercheurs au grade de "directeur de recherche" et ce, dans les différentes spécialités scientifiques. Ont assisté à la cérémonie organisée à la faculté des sciences médicales de Ben Aknoun (Alger) des membres du gouvernement ainsi que des enseignants universitaires et des scientifiques venus de plusieurs universités nationales. Dans une allocution prononcée à cette occasion, M. Sellal a rappelé les acquis réalisés par l'Algérie dans l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique à travers le nombre d'étudiants qui a atteint près de 1,4 million au niveau de 92 universités. Ces chiffres représentent aujourd'hui "une fierté" parmi les réalisations de l'Algérie, a indiqué M. Sellal qui a relevé que "la production scientifique est le meilleur investissement qu'il soit". L'Etat poursuivra son soutien à la recherche scientifique et à la formation en toute circonstance Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé hier à Alger, que l'Etat poursuivra sa politique de soutien à la recherche scientifique et à la formation "en toute circonstance". L'Etat algérien "poursuivra son soutien à l'enseignement et à la formation en toute circonstance ainsi qu'à la recherche scientifique et à l'enseignement supérieur dans le pays", a indiqué M. Sellal dans une allocution lors de la cérémonie de distinction des enseignants et chercheurs promus au niveau des universités algériennes. Il s'est dit fier des acquis réalisés par l'Algérie dans le secteur de l'enseignement supérieur, rappelant que le nombre des étudiants a atteint 1,4 million dans les 92 universités nationales. Il a cité, à ce propos, les universités réalisées dans plusieurs régions du pays comme à Tindouf, Illizi et Tamanrasset et d'autres dans la région des hauts plateaux. Après s'être félicité de "l'esprit de responsabilité" régnant au sein de l'université algérienne, M. Sellal a estimé qu'"il est temps qu'une élite scientifique émerge en Algérie et qui s'emploiera à éclairer les responsables et contribuera au développement du pays". Il a salué également le niveau atteint par l'université algérienne "ce qui, a-t-il dit, influera positivement sur l'évolution du pays dans tous les domaines notamment économique", citant à ce propos, une déclaration du Président de la République "le meilleur investissement réside dans la formation, l'enseignement et la recherche scientifique". Dans ce contexte, le Premier ministre a appelé les enseignants distingués et, à travers eux la corporation universitaire, à œuvrer à l'amélioration de la production et de la productivité en matière de recherche scientifique au seul service du citoyen et du pays". Ce qui est susceptible de contribuer à l'amélioration de la croissance économique "n'est autre que l'invention et la production scientifique", a-t-il encore souligné. Rappelant, à cette occasion, la chute des cours de pétrole sur le marché international, M. Sellal a souligné que l'Algérie "fera face à ce défi avec rationalité et sera à la hauteur des attentes des citoyens".


Page 33 sur 45

Les agences de recherche

 

Anvredet

 

Atrst

 

Atrss

 

Atrssh

 

Atrsnv

 

Atrbsa

 

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Septembre 2013 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 325 invités et aucun membre en ligne

Université Frères Mentouri Constantine 1

Université Frères Mentouri - Constantine 1 BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71