Le prix Eurêka 2019 a été décerné, le 27 février, à la Cité de sciences de Tunis, à deux chercheurs, le Pr Jamal Mimouni (Algérie) et Dr François Taddei (France). La commission créée en 2017 récompense les efforts consentis dans le domaine de la diffusion de la culture scientifique et de la vulgarisation scientifique dans les pays du bassin méditerranéen. Jamal Mimouni est professeur de physique à l’université Frères Mentouri (Constantine1) et directeur de l’école doctorale d’astrophysique. Diplômé de l’université de Pennsylvanie (Etats-Unis), il est président de l’association d’astronomie Sirius et vice-président de l’Union arabe de l’astronomie et des sciences de l’espace (AUASS). Il a été élu, le 26 mars 2019, président du comité exécutif de la Société africaine d’astronomie (AFAS). Il nous livre ses impressions concernant le prix Eureka dont il est récipiendaire.

– Pouvez-vous nous éclairer sur le prix Eurêka ?

Tout d’abord, l’intitulé de ce prix Eurêka est un clin d’œil bien entendu à Archimède de Samos et à tout l’héritage scientifique des civilisations du bassin méditerranéen.

Il est décerné chaque année depuis trois ans à deux scientifiques issus des rives Nord et Sud de la Méditerranée qui ont le plus contribué à la promotion de la culture scientifique dans cette région, et en particulier à l’enseignement et à la vulgarisation des sciences.

Il y a trois partenaires institutionnels prestigieux derrière ce prix : la Cité des sciences de Tunis (CST), l’Association des musées et centres pour le développement de la culture scientifique technique et industrielle (AMCSTI, France), et le Programme MED21.

 

– Primé pour quelles contributions, travaux ?

Pour quelles contributions ai-je été primé en ce jeudi 27 février 2020 ? Eh bien, je me pose toujours la question. L’annonce de cette distinction fut une surprise pour moi, n’ayant pas eu vent de ma nomination au préalable.

 

Quant à ce qui m’est reproché, pardon, pour ce dont je suis primé, je ne suis pas dans le secret du jury, mais j’imagine que cela pourrait être pour mes diverses activités scientifiques de part et d’autre de la Méditerranée.

A savoir mes conférences et les workshops auxquels j’ai participé ou que j’ai organisés ces dernières décennies dans une dizaine de pays africains et dans le monde arabe, mon engagement ferme pour la science dans différents forums régionaux et à travers le monde.

Je pourrais citer aussi mes efforts pour monter un programme d’astrophysique dans notre pays, qui avait commencé avec l’établissement de l’Ecole d’astrophysique en 2009 et qui s’est prolongé dans le cadre du système LMD avec le programme d’astrophysique à l’université Mentouri, le seul actuellement en Algérie.

– Quel sentiment vous procure le fait d’être récipiendaire d’un tel prix ?

Que l’Algérie qui s’est retirée du monde qui se fait depuis des lustres absente des grands rendez-vous scientifiques ne soit pas oubliée pour ce prix prestigieux est déjà un miracle.

Je note que dans sa première édition, le prix fut conféré pour la Rive Nord et à titre posthume à Hubert Curien, un géant de la culture scientifique en France et l’un des artisans majeurs de la politique scientifique européenne. Que je sois moi-même son récipiendaire pour cette année me laisse sans voix et tout ému.

El watan -NAÏMA DJEKHAR



US scientists have made a breakthrough in HIV research by eradicating the rodent genome virus, thanks to a new type of treatment in two stages, without any consequences negative.A new treatment, already described as revolutionary and consisting of two steps, is able to eliminate traces of HIV from an organism, according to experiments conducted by American scientists at Temple University on mice. Using genomic editing (CRISPR-Cas9), combined with antiretroviral therapy, the team of scientists has successfully eradicated the mouse genome virus. They published their results in the Nature journal.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201907061041608020-premiere-scientifique-le-vih-completement-eradique-du-genome-de-souris--/


By studying the phase diagram of copper oxide HgBa2Ca2Cu3O8 + δ, researchers have demonstrated the existence of a microscopic link between the superconducting state and the charge redistribution in the crystal (charge order), which becomes generalized to all superconducting copper oxides.

 

Superconductors carry electric current without dissipating energy and can not be penetrated by a magnetic field. This results in many applications, such as the transport of electricity without resistance and the levitation of mobiles (trains, surfing). Only superconductivity occurs at very low temperatures. Lead is superconducting below 7 K (-266 ° C) and magnesium diboride (MgB2) below 40 K (-233 ° C). In contrast, the superconducting transition temperature of cuprate HgBa2Ca2Cu3O8 + δ can reach 133 K (-140 ° C) (Figure 1c). Understanding the mechanism at the origin of superconductivity in copper oxides called cuprates is therefore a major challenge to hope to develop superconductors at terrestrial temperatures.

 

Researchers from the Quantum Materials and Phenomena Laboratory (MPQ, CNRS / Paris Diderot Univ), in collaboration with the Laboratory of Solid Physics (LPS, CNRS / Paris-South University) and the National Laboratory of Strong Magnetic Fields (LNCMI, CNRS), by studying the inelastic scattering of light on the charges (electron Raman effect), to distinguish the spectroscopic signals of the superconducting and charge orders within the pseudogap phase in the cuprate HgBa2Ca2Cu3O8 + δ.

 

For the first time, the energy scales associated with the superconducting and charge orders could be detected simultaneously thanks to an experimental trick which consisted of minimizing the influence of the pseudogap phase which, otherwise, would have masked their observation. The researchers were able to track the energy scales characteristic of the superconducting and charge order over a large portion of the phase diagram, by controlling the number of charge carriers in the crystals. They showed that these energies are intimately linked: they have almost the same values ​​and follow the same evolution as a function of the number of charge carriers (Figure 2b). This suggests that the superconducting and charge order have the same microscopic origin. The energy scale of the pseudogap also has the same evolution in doping even if its energy is higher. This reinforces the hypothesis that the superconducting, charge and pseudogap phases are intimately connected.

 

To achieve this result, the researchers worked on cuprate chemical composition: HgBa2Ca2Cu3O8 + δ, whose structure is shown in Figure 2a. It could be synthesized in the form of small crystals (Figure 1b) several hundred microns apart by two researchers from the Department of Condensed State Physics (SPEC, CEA / CNRS). Their extremely clean and smooth surfaces allow them to be explored optically.

 

The phase diagram of cuprates reveals that the mechanism at the origin of superconductivity is different from that of traditional metals, or their alloys such as lead or magnesium diboride. In fact, by increasing the number of charge carriers carrying the current in a cuprate, its electronic ground state is profoundly modified: from an antiferromagnetic insulator (green zone), it is transformed into a superconducting metal (pinkish zone) (FIG. 2a).

 

For a concentration of carriers corresponding to a doping of 12% (doping ensured by the addition of oxygen atoms in the planes of mercury atoms see Figure 1a), the superconducting order (in pink in Figure 2a ) coexists with a charge order (in pastel blue) at low temperature, an order characterized by a redistribution of electron charges, different from that usually expected, which follows the arrangement of the atoms of the crystal. These two orders develop within a third so-called pseudogap phase, still poorly understood. To study the superconducting order in this entanglement of states, it is necessary to identify the individual properties of each order and the type of interaction that it develops with the others, and thus to identify the cooperations or competitions (for example, the order does charging increase or decrease superconductivity?). For this purpose, it is necessary to develop effective experimental techniques such as neutron scattering spectroscopies, light (Raman, infra-red, X-ray) or nuclear magnetic resonance. On the theoretical side, it is necessary to use all the power of the digital to implement new theoretical approaches such as cDMFT (cluster Dynamcis Mean field theory).

 

These works open up a new perspective for understanding the phase diagram of cuprates. The supracondu orders




. "}" data-sheets-userformat="{"2":33283,"3":{"1":0},"4":[null,2,15987699],"12":0,"18":1}"> The Frères Mentouri Constantine1 University organizes Saturday, November 02, 2019 at 12:30, its entrance examination for doctorate (3rd cycle) in the sectors and specialties listed below.

The registration and the application form are exclusively online on the electronic site:

https://progres.mesrs.dz/webdoctorat/

Online application form:

1- A copy of the baccalaureate

2- A copy of the 2nd cycle diploma (Master) or equivalent

3- The copies of the 1st and 2nd cycle transcripts

4- Copy of the descriptive annex of the Master's degree

5- A photo

Candidates classified and selected to take the written test will be informed by written notice and by email. In addition, lists will be posted at the department and faculty level and on the university website.

Therefore, candidates are invited to regularly consult this site. For any useful information,

contact the Vice-President PG at: 00 213 (0) 31811277 / (0) 31811366 or send an e-mail to: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. 


Les modes d’enseignement et d’apprentissage connaissent une transformation profonde notamment à l’ere des nouvelles technologies.

L’université doit s’adapter à ces nouveaux supports et permettre ainsi l’évolution de la pédagogie universitaire
L’adaptation des dispositifs à de nouveaux publics et à d’autres contextes et plus largement l’évolution de la pédagogie universitaire, les technologies peuvent contribuer à l’évolution voire la révolution des pratiques pédagogiques et la mise en place de dispositifs novateurs et efficaces.L’université de Constantine semble avoir emprunté cette voie.La tablette tactile pour commencer ...

L’essor que connaissent actuellement les technologies n’est pas sans conséquence sur le fonctionnement des institutions. Le tout numérique se précise davantage comme une alternative implacable pour bon nombre d’entre elles. L’administration a annoncé la couleur. Certaines universités empruntent le même sillage.

L’Université Frères Mentouri de Constantine(UFMC) est de celles-là. Elle est certes parmi des plus anciennes du pays, mais sa course vers la numérisation n’a d’égale que son ambition à être pionnière en matière de modernité et d’ouverture sur le monde. Le dernier pas à avoir été franchi pour entériner une gestion 2.0 est celui de l’utilisation de la tablette dans l’évaluation pédagogique.

La faculté des sciences de la nature et de la vie a donc ouvert la voie en organisant pour la première fois une évaluation des étudiants sur tablette tactile. Les étudiants en licence professionnelle (L3) de Bio-informatique, entre 30 et 40 étudiants, ont répondu à 14 questions sous forme de QCM pendant une durée de 30 minutes dans une salle équipée de tablettes récemment acquises par le rectorat.

Cet examen s’est déroulé sous forme de dossier progressif, les questions défilant les unes après les autres. «L’objectif est de maîtriser cette méthode d’évaluation en utilisant les technologies du numérique pour évaluer les étudiants dans le cadre des contrôles continus ou l’organisation d’examens pour les grands effectifs.

Cette technique permet un gain de temps et l’élimination de l’utilisation du papier. L’étudiant a sa note à la fin du contrôle. De même, l’enseignant reçoit dans sa boîte e-mail les résultats des étudiants (notes) sur un tableau en fichier Excel», selon les explications du recteur, Abdelhamid Djekoun. Cette technique a été mise en place à petite échelle, soit avec un nombre restreint d’étudiants, comme c’est souvent le cas dans les expériences innovatrices.

Et à lui de détailler cette stratégie : «Nous voulons l’adopter surtout pour les gros effectifs d’étudiants. Cette technique nous permet aussi de ne pas mobiliser des salles et des amphis au détriment d’autres activités pédagogiques. Elle nécessite une banque de questions. Les enseignants qui travaillent sur cet aspect sont conscients des enjeux et finalités. Le bénéfice en est un gain de temps, plus d’irisation de papier ni attente interminable des résultats.

La formation des enseignants sur ce modèle est primordiale, son appropriation par les étudiants l’est tout autant. C’est une question facilement intégrable dans un processus pédagogique. Elle peut être utilisable dans l’auto-évaluation». Cette initiation à une nouvelle approche de l’évaluation pédagogique est tributaire d’une préparation sur laquelle l’ensemble des partenaires universitaires doivent s’atteler en amont et en aval. «Bien sûr que tout cela nécessite du travail au préalable pour qu’en aval nous puissions suivre l’évolution de chaque étudiant à travers un dispositif de contrôle continu répétitif qui dispose d›outils statistiques», précisera notre interlocuteur.

Approchés, certains enseignants universitaires abondent dans cette appréciation positive dont «l’approche est différente de ce qui se fait actuellement au niveau international, où les examens se passent sur tablette, mais en accédant à un site web sous forme de client-serveur».

En effet, l’expérience effectuée au niveau de l’université Frères Mentouri, telle qu’expliquée par les responsables, «repose sur une application installée sur les tablettes qui communiquent à travers le réseau téléphonique et/ou internet, en utilisant le protocole SMS (Short message service) ou SMTP (Simple mail transfer protocol) pour envoyer les résultats à l’enseignant sous forme de fichier Excel (RichFiles ). Les résultats sont connus instantanément. Cette application a mis fin aux longues attentes pour avoir les résultats de la correction des copies». Cette stratégie aux yeux de certains spécialistes n’est pas pour autant innovante.

Pour le Pr Zaatri, du département du génie mécanique à l’université Mentouri et spécialiste en télérobotique, «il s’agit d’une application intéressante, mais qui est considérée actuellement comme ordinaire du point de vue technologique. Elle fait partie du télé-enseignement qui a commencé à se répandre avec l’avènement de l’internet.

Techniquement, les étudiants envoient leurs feuilles de réponse via le réseau internet (tablette, smartphone, PC…). Un programme informatique analyse automatiquement les réponses par rapport à un corrigé type, évalue le travail et le communique aux étudiants. Depuis les années 2000, on fait avec la même technologie beaucoup d’autres choses grâce à internet dont le télédiagnostic en médecine, la téléchirurgie, la télémanipulation ou encore la télérobotique.»
 

UN PROCÉDÉ À GÉNÉRALISER

Cette introduction, si elle a pris quelques retards dans le secteur de l’enseignement supérieur, semble faire le bonheur des étudiants «cobayes». Ils manifestent une satisfaction quant aux avantages qu’elle peut représenter. Il y a eu peut-être quelques couacs, certainement des appréhensions qui finiront par se dissiper. «L’avantage de cette méthode, c’est qu’elle nous communique les notes à la fin de l’examen. Nous sommes fixés sur notre module le jour même, donc aucune attente et moins de stress», s’accordent-ils à répondre. Un enthousiasme qui incite à égrener d’autres mérites : «Recevoir les réponses et les notes des étudiants sur un fichier Excel rend sur le plan pédagogique cette méthode très appréciable du fait qu’elle facilite le traitement et l’analyse des réponses.

Elle peut aussi suggérer les améliorations à apporter sur l’enseignement des cours», rappellera le Pr Djekoun. Un bémol est toutefois émis. Le procédé peut paraître fiable du moment qu’il s’agit d’une évaluation sur la base du QCM, soit deux possibilités de réponse, le oui ou non. «Est-ce que le procédé des tablettes est fiable ? Il y a plusieurs facteurs à considérer. Tel que j’ai vu sur le site de l’UFMC, le procédé utilisé est effectivement aveugle et est du type QCM, c’est-à-dire questions-réponses.

La machine travaille en automate et ne raisonne pas. Un programme détecte et récupère les ‘oui’ et les ‘non’ et les comptabilise. Bien sûr, on peut confectionner ou acheter des logiciels plus sophistiqués qui peuvent effectuer une analyse de documents plus ou moins intelligents, mais cela reste à voir. De plus, l’évaluation peut être biaisée par l’intervention d’une tierce personne pour répondre aux questions.

La fraude existe même en présence de surveillants. Il n’y a qu’à voir les problèmes de l’examen du baccalauréat où cette technologie de l’informatique réseau et multimédia est utilisée à mauvais escient jusqu’à saboter l’examen lui-même. A mon avis, si certains pensent qu’il s’agit d’une grande avancée, ce n’est pas le cas. Mais, ce type précis de technique est intéressant comme soutien à la formation», selon Abdelwahab Zaatri. Une plus-value donc à retenir à l’actif de l’université Mentouri, qui est précurseur dans plusieurs domaines et qui, dans son agenda, retient toutes les dates importantes en matière d’activités technologiques et numériques.

Et le premier responsable de l’UFMC en est convaincu : «Je suis sûr qu’on peut généraliser cette technique. Actuellement, nous sommes en train de le faire dans le cadre de la formation à distance master administration locale qui compte plus de 600 étudiants à qui nous demandons de réaliser des travaux sur la plateforme moodle. La technologie du numérique a évolué considérablement,

il faut que l’on soit partie prenante de ce progrès. L’intelligence est d›en faire un bon usage pour l’intérêt de l’étudiant.»
Sur le plan de l’innovation, cette application permet aussi d’insérer n’importe quel contenu comme des schémas, des photos, des graphes, des images et des vidéos.

L’intérêt de cette méthode dans la conception des questions avec des supports fait de l’opération de l’évaluation des étudiants un dispositif d’évaluation formatif, un aspect sur lequel est bâtie la philosophie du système LMD. «La numérisation dans l’enseignement universitaire peut comprendre d’abord la facilité à accéder aux systèmes d’information : bibliothèques, bases de données des journaux, possibilité d’effectuer des téléconférences, etc.


Initiative originale que celle prise par l'Université des Frères Mentouri de Constantine (UFMC) qui a organisé, hier, à l'auditorium «Mohamed-Seddik Benyahia» du campus, une journée culturelle ouverte aux étudiants des 12 pays étrangers qui poursuivent leurs études à l'UFMC. Et ces derniers ont donné, chacun, un aperçu de la culture et des traditions de leurs pays. A ce propos, le docteur Abdelbaki Khalfaoui, directeur des Activités culturelles et sportives de l'UFMC et architecte de cette journée, a déclaré que le premier objectif de cette manifestation est de favoriser les échanges culturels entre les étudiants afin de créer, entre eux, une atmosphère conviviale. Les étudiants de chaque nationalité ont été invités à donner un aperçu de la culture authentique de leurs pays respectifs, soit par le biais d'exposés, d'exhibitions ou d'expositions.

«Nous avons ici 179 étudiants, venant de 12 pays arabes et africains qui étudient loin de leurs pays respectifs», a souligné le Dr. Khalfaoui, ajoutant «nous avons pensé leur offrir, pour quelques heures du moins, l'occasion de se replonger dans leur culture et leur milieu d'origine, de confronter leur culture et leurs tradition à celles des autres, et de ne pas se sentir marginalisés, dans leur milieu universitaire et dans la société constantinoise, en général». Et il faut dire que les étudiants étrangers et leurs camarades algériens de Constantine et de sa région ont été, tout de suite, séduits par cette idée, en pensant qu'ils vont participer à un mini festival culturel arabo-afriain et ils ont tous demandé à participer aux activités culturelles demandées.
«C'est une bonne idée, a soutenu un étudiant palestinien qui, en assurant que les sentiments qu'il exprime sont ceux de tous les étudiants étrangers de l'Université.» Car de telles activités, ajoute-t-il, «nous permettront, à coup sûr, de mieux se connaître, de se rapprocher mieux les uns des autres, de se respecter et de s'évaluer à l'aune de la culture ancestrale de chacun de nous. Et en second lieu, cela nous permet un peu de casser la distance qui nous sépare de notre pays en vivant, quelques moments comme chez soi, avec sa famille et ses amis. C'est une initiative qui mérite d'être renouvelée à chaque occasion», a-t-il conclu.


Le Pr Ahmed Tessa, recteur de l’UMMTO, a annoncé la tenue d’un conseil scientifique, le 15 mars, à l’effet de proposer de décerner le doctorat honoris causa à Lounis Aït Menguellet. Plusieurs universitaires s'attellent, depuis hier, à décortiquer, via des approches scientifiques, l’œuvre du chantre de la chanson kabyle, Lounis Aït Menguellet, à l’occasion d’un colloque international organisé à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou (UMMTO). Noura Tigziri, directrice du laboratoire d’aménagement et enseignement de la langue amazighe du département de langue et culture amazighes, coordinatrice de cette manifestation, a souligné que depuis un bon nombre d’années, plusieurs études et analyses ont été traduites concernant l’œuvre de Lounis Aït Menguellet. «Ces études ont porté, pour la plupart d’entre elles, sur l’étude littéraire de ses textes. Certaines se sont intéressées à l’intertextualité, d'autres à la métaphore ou encore à la stylistique dans l’œuvre de l’artiste», a déclaré Noura Tigziri. De son côté, Djamel Chikh, de l’université d’Ottawa, a parlé d’Aït Menguellet dans l’imaginaire sociopolitique des militants amazighs. Le chercheur a précisé que «dans un corpus d’une cinquantaine d’entretiens réalisés dans le cadre d’une recherche qui porte sur le militantisme linguistique amazigh en Algérie, les textes d'Aït Menguellet étaient une récurrente référence pour les participants». Selon lui, les personnes interviewées citent des passages de Lounis comme une source d’autorité, voire de vérité absolue. Pour sa part, Kaci Sadi de l’UMMTO a abordé une thématique liée, notamment, à quelques réflexions sur la traductibilité de certains poèmes de l’enfant d'Ighil Bouamas. «Peut-on traduire les poèmes d’Aït Menguellet ?» s'est-il interrogé. Lahoucine Bouyaakoubi de l’université d’Agadir a essayé de faire une approche comparative entre le parcours d’Aït Menguellet et celui de la chanteuse amazighe du Maroc, Tabaamrant. «Les deux artistes ont des histoires différentes, mais leurs destins se croisent et se rencontrent en la défense de l’amazighité. Malgré leurs histoires et conditions sociales, les deux ont fini par devenir des figures emblématiques de leurs sociétés respectives», a-t-il expliqué. Par ailleurs, le Pr Ahmed Tessa, recteur de l’UMMTO, a déclaré qu’à travers cette activité, «nous honorons Lounis Aït Menguellet et tous les artistes». M. Tessa a, également, annoncé la tenue d’un conseil scientifique de l’UMMTO, le 15 mars, à l’effet de proposer de décerner le doctorat honoris causa à Lounis Aït Menguellet. «Nous allons honorer des personnalités en signe de reconnaissance pour leurs œuvres et parcours. Cette année, au 1er semestre, nous allons proposer Aït Mengullet et, lors du 2e semestre, nous honorerons aussi, à titre posthume, Lounès Matoub», a-t-il ajouté. Enfin, notons la présence au colloque, du secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad et d’autres personnalités du monde culturel, à l’image de Benmohamed et Kamel Hammadi. «Je suis très heureux de voir tout cet intérêt qu’accorde la communauté universitaire à mon travail. Le plus important est que cette activité soit au bénéfice de notre culture et notre identité», a tenu à confier Aït Menguellet en marge des travaux de ce colloque qui se poursuivra aujourd’hui et demain à l’auditorium du campus de Hasnaoua.


Page 1 of 16

 

Anvredet

 

Atrst

 

Atrss

 

Atrssh

 

Atrsnv

 

Atrbsa

 

Use the site search

On line documentation

National system of on line documentation.


Articles by date

« September 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Online

We have 391 guests and no members online

University Frères Mentouri Constantine 1

University Frères Mentouri Constantine 1  P.O. Box, 325 Ain El Bey Way, Constantine, Algeria, 25017, Phone Number : +213 (0) 31 81 12 71