dimanche, 08 septembre 2013 - Université Frère Mentouri - Constantine 1

Le 2 septembre 2013, se sont réunis à l'Université Constantine 1 (Algérie), les présidents et recteurs d'universités et directeurs des grandes écoles et autres institutions d'Enseignement supérieur membres de l'AUF au Maghreb, à l'instigation du Bureau Maghreb, afin d'acter la création de la CONFREM, Conférence des Responsables des Etablissements maghrébins et d'en voter les statuts.

Cette conférence des recteurs, emprunte la voie ouverte par la Déclaration de Carthage au nom des Universités membres (11 décembre 2012) et par le Pacte d'Oran au nom des Ecole adhérentes (18 mars 2013) en fusionnant les deux entités. Issue d'une décision concertée prise par la vingtaine de hautes personnalités académiques présentes venues du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, la CONFREM vise à donner corps à un espace maghrébin d'Enseignement supérieur permettant de progresser toujours davantage dans le sens de l'harmonisation des systèmes, des objectifs et des méthodes en conformité avec les grandes options nationales.

dimanche, 08 septembre 2013 16:33

European higher education in the world

Globalisation and technological development are radically changing the landscape of higher education. Over the next twenty years the demand for higher education is expected to grow exponentially, from the current 99 million students worldwide to 414 million1 by 2030, with China showing by far the highest increase in recent years followed by Brazil and India. The thirst for knowledge and social mobility in emerging economies will place higher education within the reach of hundreds of millions of citizens around the world.

Read All

Le secteur de la formation paramédicale a été doté de 3.110 nouvelles places pour l’année pédagogique 2013-2014, a indiqué le directeur de la formation au ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Moussa Arrada. Ce fonctionnaire a précisé que ces places pédagogiques étaient réparties sur plusieurs disciplines de la santé publique, précisant que 1.782 d’entre elles sont affectées aux infirmiers, 480 aux laborantins, 405 aux manipulateurs en imagerie, 270 pour les sages-femmes, 125 pour les kinésithérapeutes, 18 pour les appareilleurs orthopédistes et 30 pour les ergothérapeutes. Concernant les établissements de formation, le même responsable a fait savoir que le secteur comptait sur trois instituts nationaux de formation supérieure des sages-femmes à Tlemcen, Tizi-Ouzou et Annaba ainsi que sur 31 autres instituts supérieurs répartis à travers le territoire et une école de formation paramédicale. Cette nouvelle formation de trois ans pour les personnels du paramédical et de cinq ans pour les sages-femmes, s’inscrit dans le nouveau plan mis en place par le ministère pour adapter la qualité des prestations aux exigences actuelles. Le ministère informe les bacheliers des sessions 2012 et 2013 de l’ouverture des inscriptions pour l’accès aux instituts nationaux de formation supérieure des sages-femmes et du paramédical dans les corps cités. Le dossier de candidature doit comporter une demande manuscrite de participation, une copie certifiée conforme de l’attestation du baccalauréat ou d’un titre reconnu équivalent avec relevé de notes et deux certificats médicaux (médecine générale et pneumo-phtisiologie). Les candidatures doivent être déposées auprès des établissements de formation paramédicale et des sages-femmes ou des directions de la santé et de la population des wilayas ne disposant pas d’établissement de formation. L’inscription est ouverte aux candidats titulaires du baccalauréat des séries sciences expérimentales, mathématiques et techniques mathématiques ou d’un titre équivalent. Dans la mesure où des places seraient encore disponibles les bacheliers de la session 2012 auront par ordre de mérite la possibilité de s’inscrire. La sous-directrice de la formation, Mme Louiza Asloune a rappelé pour sa part que le ministère envisageait de consolider de plus en plus cette formation pour pouvoir répondre aux besoins nationaux, soulignant que les établissements sanitaires en cours de réalisation nécessitaient un personnel paramédical.16 établissements de formation paramédicale relevant du secteur privé sont recensés à travers le territoire. Ils dispensent des formations d’auxiliaires paramédicaux, d’aides soignants et de nutritionnistes.

Published in La Revue de Presse
dimanche, 08 septembre 2013 14:57

Ziari à la rescousse des cancéreux

L'EST

M. Ziari, le ministre de la Santé a commencé son séjour à Constantine avec la visite, hier dans la matinée de trois établissements hospitaliers à Benchicou, à la cité El Bir et à Didouche Mourad ce qui lui a permis de souligner des insuffisances tout en assurant que les retards accusés en matière d’équipement ou de structures seront rapidement comblés. Al’hôpital spécialisé en cardiologie à la cité El Hayat, le ministre a pu mesurer les efforts accomplis dans la prise en charge des maladies cardiaques tout en mesurant la saignée en spécialistes dans le domaine de la chirurgie. Retenons que l’EHS de Riad sera enfin doté d’un nouveau bloc opératoire équipé rationnellement lui permettant de mieux réussir ces interventions très délicates dont certaines à coeur ouvert. A l’EHS El Bir, plus axé sur la médecine générale, le ministre n’a pas manqué de déplorer un certain sous-équipement notamment dans le domaine ophtalmologique et surtout dans le secteur des urgences médicales. M. Ziari insistera sur la nécessité de doter cet hôpital d’un matériel adapté qui lui manque en incitant à plus d’effort et à une meilleure organisation des services « dont le rôle auprès des populations n’est pas à souligner ». Mais l’urgence concerne encore plus le personnel qualifié nécessaire au bon fonctionnement de ces services. La troisième visite d’inspection sera pour l’hôpital de Didouche Mourad dont l’ouverture complète est annoncée depuis des lustres et dont personne ne voit l’aboutissement. Le ministre est au fait des efforts locaux depuis que cet établissement a été cédé par l’armée à l’institution civile voici bientôt 4 années. Après deux années d’immobilisme, l’hôpital de Didouche Mourad à commencé lentement sa conversion et a reçu enfin des équipements entrant dans les besoins d’une relance annoncée. En attendant que celle-ci se concrétise, vraiment l’EHS de Didouche Mourad a pu tout de même ouvrir l’hôpital du jour et le service des urgences qui fonctionnent dans de bonnes conditions. Pour sortir de cette situation, le ministre a annoncé que 29 milliards sont débloqués afin de finaliser les aménagements nécessaires à l’ouverture de l’EHS. Selon M. Ziari, cet hôpital sera entièrement fonctionnel courant 2014. Dans l’après-midi le ministre devait rendre visite à la polyclinique à l’UV 9 de la nouvelle ville Ali Mendjeli avant de se rendre à l’hôpital militaire de cette ville où il a pu apprécier l’ordonnancement, les capacités d’accueil et surtout les équipements modernes qui font la réputation de cet établissement. Après la pose de la première pierre du centre national de contrôle des produits pharmaceutiques à Ali Mendjeli et l’inauguration du centre de don du sang, le ministre devait se rendre à la clôture des journées d’étude consacrées aux affections du cancer. Notons qu’auparavant le ministre a visité le CHU Benbadis et en particulier le centre de cancérologie où les nouveaux équipements (3) de radiothérapie déjà installés, doivent entrer en fonction.

Published in La Revue de Presse
dimanche, 08 septembre 2013 14:56

De nouvelles infrastructures en vue

Le parc des infrastructures scolaires sera renforcé par plus de 20 nouveaux établissements tous paliers confondus, dans la wilaya de Constantine. Selon des sources proches de la direction de l’éducation, plusieurs établissements seront fonctionnels dès le premier jour de cette rentrée prévue dimanche prochain, soit le 15 septembre courant. «La plupart de  ces établissements ont été réalisés dans le cadre du programme d’urgence de la mise à niveau de la nouvelle ville Ali Mendjeli afin de diminuer la surcharge constatée l’année dernière, résultat du  transfert massif et rapide de populations suite aux opérations de relogements effectuées», dit-il. Notre source a précisé qu’il s’agit de 10 groupements scolaires pour le niveau primaire, de 6 collèges d’enseignement moyen (CEM), et de 6 lycées pour le palier du secondaire.
Le secteur de l’éducation sera doté de 10 nouvelles écoles primaire dont 6 seront implantées à Ali Mendjeli, 2 à la ville nouvelle Massinissa, une à Hamma Bouziane et une a Ibn Ziad. Concernant le palier du moyen, 4 collèges seront fonctionnels à Ali Mendjeli, un dans la localité de Oued Hdjar, dans la commune de Didouche Mourad, et un autre à Bergli, dans la commune de Aïn Smara.
Le palier du secondaire sera renforcé par 6 nouveaux lycées, dont 4 réalisés à Ali Mendjli et deux autres dans les communes d’El Khroub et de Didouche Mourad. Le même responsable a affirmé que ces nouvelles infrastructures seront équipées de tous les moyens nécessaires pour accueillir les élèves dans les meilleures conditions, précisant que le transport et la restauration restent une priorité ; ils seront pris en charge à partir de la première semaine de la rentrée scolaire, notamment en milieu rural.
A noter que plus de 205 000 élèves sont attendus pour cette rentrée scolaire, tous paliers confondus, dont 170 680 nouveaux inscrits. Ratiba B.      

Published in La Revue de Presse
dimanche, 08 septembre 2013 12:37

Le bibliobus fait recette

« Mettre en avant le livre sur toutes les places publiques afin d'intéresser et de faire aimer le livre et la lecture», tel est l'objectif du festival «Lecture en fête» qui se déroule du 1er au 15 de ce mois, nous déclare M. Bechiri Abdelaziz, bibliothécaire, responsable du bibliobus.

A cet effet, et pendant 15 jours, le bibliobus, qui durant l'année sillonne les 12 communes et leurs cités, a élu domicile fixe à la place du 1er Novembre 1954, en face du Théâtre régional de Constantine et la Grande Poste, soit au cœur du centre-ville.

M. Bechiri Abdelaziz, à qui on reprochait le choix de ce lieu «bruyant et presque chaotique, en matière de densité humaine», dira que «au contraire, c'est le lieu idéal pour un bibliobus qui ne fait que des prêts», dit-il, «c'est un passage obligé pour tout visiteur de Constantine». Et d'ajouter, « ici la culture est chez elle, et historiquement, cet espace a toujours été le lieu culturel de la ville», et «c'est ici que se produisaient, en plein air, chanteurs et groupes de théâtre». Et pour conclure sur ce chapitre, il assénera, «nous n'abdiquerons pas devant les revendeurs de portables et autres cambistes, car ce sont eux qui ne doivent pas y être». Pour ce qui est de l'engouement public pour la lecture, il indiquera que «l'opération connaît un début très encourageant». «En témoigne cette grande quantité de pièces d'identité qui sont autant de prêteurs, donc de lecteurs», se réjouit M. Bechiri Abdelaziz.

Des lecteurs d'âges, de profils et de goûts divers. On y rencontre des enfants et des retraités. Et «grâce à la richesse de nos rayons, 7.000 livres, on arrive à satisfaire toutes les demandes, soit en moyenne 100 livres prêtés, par jour», explique M. Bechiri Abdelaziz.

Les enfants, auxquels cette manifestation est destinée en particulier, sont les plus gâtés, dit-il.

«Nous disposons d'une gamme variée de bandes dessinées et de contes, adaptées et personnalisées, d'autres comportant des activités et des jeux de compréhension qui peuvent les amuser et les intéresser».

Au-delà du but affiché, donner l'envie de lire à l'enfant et aux jeunes, c'est aussi une façon de sauvegarder, d'enrichir et de promouvoir notre patrimoine «écrit», dit M. Bechiri. Il ajoute, «les enfants d'aujourd'hui risquent de ne plus connaître ce plaisir de prendre un livre, de le feuilleter, tellement ils sont envahis par le tout numérique».

Mais M. Bechiri Abdelaziz affiche la volonté de son institution qui «œuvre sans relâche à accompagner les enfants et les étudiants, dans leurs parcours, en mettant à leur disposition un moyen efficace de réussite : le livre». M. Bechiri loue les efforts consentis par la bibliothèque de Constantine qui «n'a pas lésiné sur les moyens pédagogiques, humains et matériels», jusqu'à «ne rien envier à celles, européennes, pionnières en la matière», conclut-il.

Published in La Revue de Presse
dimanche, 08 septembre 2013 12:36

De nouvelles signalisations pour le tramway

Les signalisations lumineuses et sonores du tramway de Constantine ont été prises en compte et «d'ici un mois à un mois et demi, il sera procédé à la mise en place des premiers équipements nécessaires à cet effet», nous a appris M. Bouras, responsable à la direction de la société d'exploitation Setram/Constantine. Même si, en vérité, fera-t-il remarquer, «les plaques de signalisation existantes suffisent amplement en indiquant l'essentiel, à savoir que la priorité en matière de circulation et selon le code de la route lui-même, est toujours au tramway». Ainsi, normalement «nous n'avons pas besoin de signalisations lumineuses, surtout en considérant également que nous avons recruté près de 140 agents, répartis entre les différents carrefours existant sur le parcours du tramway ainsi qu'à l'intérieur des 10 stations pour gérer le flux automobile au niveau des points de croisement. «Ces agents ont, aussi, pour principale mission d'informer et d'orienter les usagers pour tout ce dont ils ont besoin concernant le tramway». «Cependant nous allons installer ladite signalisation, car «les études initiées à cet effet sont actuellement achevées et ne reste que le passage à l'exécution du projet», indiquera-t-il. Et dans ce cadre, précise encore notre interlocuteur, «la Setram commencera à procéder à l'installation des équipements nécessaires, en panneaux lumineux au niveau des dix stations que compte le tramway et après une période de réglage indispensable qui ne saura excéder la fin de l'année en cours, le système sera opérationnel». Ultérieurement, il sera procédé aussi à la mise sur pied de la signalisation sonore au niveau des carrefours ainsi que des stations, pour l'orientation des citoyens handicapés visuels pour les encourager à prendre le tramway et leur signifier qu'il est fait également pour eux et qu'ils n'en sont pas exclus.

Published in La Revue de Presse

Le directeur des Affaires religieuses de la wilaya de Constantine, M. Azzouza, a annoncé, hier, à la radio qu'un certain nombre de mosquées anciennes, situées à l'intérieur et à l'extérieur du ‘Vieux rocher', sont concernées par le programme de rénovation et de réhabilitation, arrêté par son département, pour préparer l'avènement de la manifestation «Constantine capitale de la Culture arabe, en 2015». A ce propos, le responsable local du secteur des Affaires religieuses a cité, pêle-mêle, la mosquée du ‘Bey', la grande mosquée de la rue Larbi Ben-M'hidi, la mosquée ‘Sidi El-Kettani', les mosquées ‘Sidi Mimoune', ‘Sidi Abdelmoumène', la mosquée ‘Sidi Lakhdar' ainsi que celles des zaouias ‘Tidjania inférieure et supérieure, de ‘Sidi Berrar', ‘Essaïda Hafsa' et la zaouia ‘Aïssaouia'.

Ensuite, il a indiqué qu'environ 29 autres mosquées, situées en dehors du périmètre urbain de la vieille ville de Constantine, sont concernées par le même programme de rénovation et de ravalement des façades. Et de citer, dans ce cadre, la mosquée ‘Khadidja Oum- el-Mou'minine' d'El Ménia, ‘Aicha Oum el Mou'minine du ‘Chalet des pins', les mosquées ‘el-Islah' et ‘Al-Wihda' dont les constructions seront complétées avec les minarets et dotées d'éclairage.

M. Azzouza a indiqué, ensuite, que les opérations de ravalement et de rénovation seront confiées à l'office compétent du ministère de la Culture. Toutefois pour les projets situés hors de la commune de Constantine, le wali les a confiés au bureau étude de l'Urbanisme, du Bâtiment et de la Construction (Urbaco), qui travaillera en coordination avec la direction des Affaires religieuses. «Toutes les études sont sur le point d'être finalisées, a affirmé le directeur des Affaires religieuses et cela va permettre aux services concernés d'évaluer le coût financier de l'opération avant l'octroi de l'enveloppe financière. A ces projets seront associés tous les professionnels spécialisés dans l'architecture islamique de style maghrébine et mauresque.»

En plus de ces projets, qui verront le jour avant la manifestation, prévue à partir d'avril 2015, un centre arabe de recherches et d'études islamiques sera réalisé sur un terrain ‘wakf' faisant partie de l'enceinte de la mosquée ‘Emir Abdelkader'. Et ce projet sera concrétisé, également, avant le lancement de la grande manifestation internationale. Cette nouvelle structure sera placée sous l'égide du ministère des Affaires religieuses et du Wakf, mais il n'est pas exclu qu'elle puisse faire appel à un encadrement scientifique qui serait fourni par l'Université des Sciences islamiques (USIC) ‘Emir Abdelkader' qui, comme on le sait, fait partie du secteur de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Published in La Revue de Presse

Réseaux sociaux

Réseaux sociaux

 

Anvredet

 

Atrst

 

Atrss

 

Atrssh

 

Atrsnv

 

Atrbsa

 

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Septembre 2013 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

En ligne

Nous avons 272 invités et aucun membre en ligne

Université Frères Mentouri Constantine 1

Université Frères Mentouri - Constantine 1 BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71