Nos sites web
Items filtered by date: dimanche, 08 septembre 2013 - Université des Frère Mentouri Constantine

Le 2 septembre 2013, se sont réunis à l'Université Constantine 1 (Algérie), les présidents et recteurs d'universités et directeurs des grandes écoles et autres institutions d'Enseignement supérieur membres de l'AUF au Maghreb, à l'instigation du Bureau Maghreb, afin d'acter la création de la CONFREM, Conférence des Responsables des Etablissements maghrébins et d'en voter les statuts.

Cette conférence des recteurs, emprunte la voie ouverte par la Déclaration de Carthage au nom des Universités membres (11 décembre 2012) et par le Pacte d'Oran au nom des Ecole adhérentes (18 mars 2013) en fusionnant les deux entités. Issue d'une décision concertée prise par la vingtaine de hautes personnalités académiques présentes venues du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, la CONFREM vise à donner corps à un espace maghrébin d'Enseignement supérieur permettant de progresser toujours davantage dans le sens de l'harmonisation des systèmes, des objectifs et des méthodes en conformité avec les grandes options nationales.

Le 2 septembre 2013, se sont réunis à l'Université Constantine 1 (Algérie), les présidents et recteurs d'universités et directeurs des grandes écoles et autres institutions d'Enseignement supérieur membres de l'AUF au Maghreb, à l'instigation du Bureau Maghreb, afin d'acter la création de la CONFREM, Conférence des Responsables des Etablissements maghrébins et d'en voter les statuts.

Cette conférence des recteurs, emprunte la voie ouverte par la Déclaration de Carthage au nom des Universités membres (11 décembre 2012) et par le Pacte d'Oran au nom des Ecole adhérentes (18 mars 2013) en fusionnant les deux entités. Issue d'une décision concertée prise par la vingtaine de hautes personnalités académiques présentes venues du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, la CONFREM vise à donner corps à un espace maghrébin d'Enseignement supérieur permettant de progresser toujours davantage dans le sens de l'harmonisation des systèmes, des objectifs et des méthodes en conformité avec les grandes options nationales.

dimanche, 08 septembre 2013 15:33

European higher education in the world

Globalisation and technological development are radically changing the landscape of higher education. Over the next twenty years the demand for higher education is expected to grow exponentially, from the current 99 million students worldwide to 414 million1 by 2030, with China showing by far the highest increase in recent years followed by Brazil and India. The thirst for knowledge and social mobility in emerging economies will place higher education within the reach of hundreds of millions of citizens around the world.

Read All

dimanche, 08 septembre 2013 15:33

European higher education in the world

Globalisation and technological development are radically changing the landscape of higher education. Over the next twenty years the demand for higher education is expected to grow exponentially, from the current 99 million students worldwide to 414 million1 by 2030, with China showing by far the highest increase in recent years followed by Brazil and India. The thirst for knowledge and social mobility in emerging economies will place higher education within the reach of hundreds of millions of citizens around the world.

Read All

Le secteur de la formation paramédicale a été doté de 3.110 nouvelles places pour l’année pédagogique 2013-2014, a indiqué le directeur de la formation au ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Moussa Arrada. Ce fonctionnaire a précisé que ces places pédagogiques étaient réparties sur plusieurs disciplines de la santé publique, précisant que 1.782 d’entre elles sont affectées aux infirmiers, 480 aux laborantins, 405 aux manipulateurs en imagerie, 270 pour les sages-femmes, 125 pour les kinésithérapeutes, 18 pour les appareilleurs orthopédistes et 30 pour les ergothérapeutes. Concernant les établissements de formation, le même responsable a fait savoir que le secteur comptait sur trois instituts nationaux de formation supérieure des sages-femmes à Tlemcen, Tizi-Ouzou et Annaba ainsi que sur 31 autres instituts supérieurs répartis à travers le territoire et une école de formation paramédicale. Cette nouvelle formation de trois ans pour les personnels du paramédical et de cinq ans pour les sages-femmes, s’inscrit dans le nouveau plan mis en place par le ministère pour adapter la qualité des prestations aux exigences actuelles. Le ministère informe les bacheliers des sessions 2012 et 2013 de l’ouverture des inscriptions pour l’accès aux instituts nationaux de formation supérieure des sages-femmes et du paramédical dans les corps cités. Le dossier de candidature doit comporter une demande manuscrite de participation, une copie certifiée conforme de l’attestation du baccalauréat ou d’un titre reconnu équivalent avec relevé de notes et deux certificats médicaux (médecine générale et pneumo-phtisiologie). Les candidatures doivent être déposées auprès des établissements de formation paramédicale et des sages-femmes ou des directions de la santé et de la population des wilayas ne disposant pas d’établissement de formation. L’inscription est ouverte aux candidats titulaires du baccalauréat des séries sciences expérimentales, mathématiques et techniques mathématiques ou d’un titre équivalent. Dans la mesure où des places seraient encore disponibles les bacheliers de la session 2012 auront par ordre de mérite la possibilité de s’inscrire. La sous-directrice de la formation, Mme Louiza Asloune a rappelé pour sa part que le ministère envisageait de consolider de plus en plus cette formation pour pouvoir répondre aux besoins nationaux, soulignant que les établissements sanitaires en cours de réalisation nécessitaient un personnel paramédical.16 établissements de formation paramédicale relevant du secteur privé sont recensés à travers le territoire. Ils dispensent des formations d’auxiliaires paramédicaux, d’aides soignants et de nutritionnistes.

Published in La Revue de Presse

Le secteur de la formation paramédicale a été doté de 3.110 nouvelles places pour l’année pédagogique 2013-2014, a indiqué le directeur de la formation au ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Moussa Arrada. Ce fonctionnaire a précisé que ces places pédagogiques étaient réparties sur plusieurs disciplines de la santé publique, précisant que 1.782 d’entre elles sont affectées aux infirmiers, 480 aux laborantins, 405 aux manipulateurs en imagerie, 270 pour les sages-femmes, 125 pour les kinésithérapeutes, 18 pour les appareilleurs orthopédistes et 30 pour les ergothérapeutes. Concernant les établissements de formation, le même responsable a fait savoir que le secteur comptait sur trois instituts nationaux de formation supérieure des sages-femmes à Tlemcen, Tizi-Ouzou et Annaba ainsi que sur 31 autres instituts supérieurs répartis à travers le territoire et une école de formation paramédicale. Cette nouvelle formation de trois ans pour les personnels du paramédical et de cinq ans pour les sages-femmes, s’inscrit dans le nouveau plan mis en place par le ministère pour adapter la qualité des prestations aux exigences actuelles. Le ministère informe les bacheliers des sessions 2012 et 2013 de l’ouverture des inscriptions pour l’accès aux instituts nationaux de formation supérieure des sages-femmes et du paramédical dans les corps cités. Le dossier de candidature doit comporter une demande manuscrite de participation, une copie certifiée conforme de l’attestation du baccalauréat ou d’un titre reconnu équivalent avec relevé de notes et deux certificats médicaux (médecine générale et pneumo-phtisiologie). Les candidatures doivent être déposées auprès des établissements de formation paramédicale et des sages-femmes ou des directions de la santé et de la population des wilayas ne disposant pas d’établissement de formation. L’inscription est ouverte aux candidats titulaires du baccalauréat des séries sciences expérimentales, mathématiques et techniques mathématiques ou d’un titre équivalent. Dans la mesure où des places seraient encore disponibles les bacheliers de la session 2012 auront par ordre de mérite la possibilité de s’inscrire. La sous-directrice de la formation, Mme Louiza Asloune a rappelé pour sa part que le ministère envisageait de consolider de plus en plus cette formation pour pouvoir répondre aux besoins nationaux, soulignant que les établissements sanitaires en cours de réalisation nécessitaient un personnel paramédical.16 établissements de formation paramédicale relevant du secteur privé sont recensés à travers le territoire. Ils dispensent des formations d’auxiliaires paramédicaux, d’aides soignants et de nutritionnistes.

Published in La Revue de Presse
dimanche, 08 septembre 2013 13:57

Ziari à la rescousse des cancéreux

L'EST

M. Ziari, le ministre de la Santé a commencé son séjour à Constantine avec la visite, hier dans la matinée de trois établissements hospitaliers à Benchicou, à la cité El Bir et à Didouche Mourad ce qui lui a permis de souligner des insuffisances tout en assurant que les retards accusés en matière d’équipement ou de structures seront rapidement comblés. Al’hôpital spécialisé en cardiologie à la cité El Hayat, le ministre a pu mesurer les efforts accomplis dans la prise en charge des maladies cardiaques tout en mesurant la saignée en spécialistes dans le domaine de la chirurgie. Retenons que l’EHS de Riad sera enfin doté d’un nouveau bloc opératoire équipé rationnellement lui permettant de mieux réussir ces interventions très délicates dont certaines à coeur ouvert. A l’EHS El Bir, plus axé sur la médecine générale, le ministre n’a pas manqué de déplorer un certain sous-équipement notamment dans le domaine ophtalmologique et surtout dans le secteur des urgences médicales. M. Ziari insistera sur la nécessité de doter cet hôpital d’un matériel adapté qui lui manque en incitant à plus d’effort et à une meilleure organisation des services « dont le rôle auprès des populations n’est pas à souligner ». Mais l’urgence concerne encore plus le personnel qualifié nécessaire au bon fonctionnement de ces services. La troisième visite d’inspection sera pour l’hôpital de Didouche Mourad dont l’ouverture complète est annoncée depuis des lustres et dont personne ne voit l’aboutissement. Le ministre est au fait des efforts locaux depuis que cet établissement a été cédé par l’armée à l’institution civile voici bientôt 4 années. Après deux années d’immobilisme, l’hôpital de Didouche Mourad à commencé lentement sa conversion et a reçu enfin des équipements entrant dans les besoins d’une relance annoncée. En attendant que celle-ci se concrétise, vraiment l’EHS de Didouche Mourad a pu tout de même ouvrir l’hôpital du jour et le service des urgences qui fonctionnent dans de bonnes conditions. Pour sortir de cette situation, le ministre a annoncé que 29 milliards sont débloqués afin de finaliser les aménagements nécessaires à l’ouverture de l’EHS. Selon M. Ziari, cet hôpital sera entièrement fonctionnel courant 2014. Dans l’après-midi le ministre devait rendre visite à la polyclinique à l’UV 9 de la nouvelle ville Ali Mendjeli avant de se rendre à l’hôpital militaire de cette ville où il a pu apprécier l’ordonnancement, les capacités d’accueil et surtout les équipements modernes qui font la réputation de cet établissement. Après la pose de la première pierre du centre national de contrôle des produits pharmaceutiques à Ali Mendjeli et l’inauguration du centre de don du sang, le ministre devait se rendre à la clôture des journées d’étude consacrées aux affections du cancer. Notons qu’auparavant le ministre a visité le CHU Benbadis et en particulier le centre de cancérologie où les nouveaux équipements (3) de radiothérapie déjà installés, doivent entrer en fonction.

Published in La Revue de Presse
dimanche, 08 septembre 2013 13:57

Ziari à la rescousse des cancéreux

L'EST

M. Ziari, le ministre de la Santé a commencé son séjour à Constantine avec la visite, hier dans la matinée de trois établissements hospitaliers à Benchicou, à la cité El Bir et à Didouche Mourad ce qui lui a permis de souligner des insuffisances tout en assurant que les retards accusés en matière d’équipement ou de structures seront rapidement comblés. Al’hôpital spécialisé en cardiologie à la cité El Hayat, le ministre a pu mesurer les efforts accomplis dans la prise en charge des maladies cardiaques tout en mesurant la saignée en spécialistes dans le domaine de la chirurgie. Retenons que l’EHS de Riad sera enfin doté d’un nouveau bloc opératoire équipé rationnellement lui permettant de mieux réussir ces interventions très délicates dont certaines à coeur ouvert. A l’EHS El Bir, plus axé sur la médecine générale, le ministre n’a pas manqué de déplorer un certain sous-équipement notamment dans le domaine ophtalmologique et surtout dans le secteur des urgences médicales. M. Ziari insistera sur la nécessité de doter cet hôpital d’un matériel adapté qui lui manque en incitant à plus d’effort et à une meilleure organisation des services « dont le rôle auprès des populations n’est pas à souligner ». Mais l’urgence concerne encore plus le personnel qualifié nécessaire au bon fonctionnement de ces services. La troisième visite d’inspection sera pour l’hôpital de Didouche Mourad dont l’ouverture complète est annoncée depuis des lustres et dont personne ne voit l’aboutissement. Le ministre est au fait des efforts locaux depuis que cet établissement a été cédé par l’armée à l’institution civile voici bientôt 4 années. Après deux années d’immobilisme, l’hôpital de Didouche Mourad à commencé lentement sa conversion et a reçu enfin des équipements entrant dans les besoins d’une relance annoncée. En attendant que celle-ci se concrétise, vraiment l’EHS de Didouche Mourad a pu tout de même ouvrir l’hôpital du jour et le service des urgences qui fonctionnent dans de bonnes conditions. Pour sortir de cette situation, le ministre a annoncé que 29 milliards sont débloqués afin de finaliser les aménagements nécessaires à l’ouverture de l’EHS. Selon M. Ziari, cet hôpital sera entièrement fonctionnel courant 2014. Dans l’après-midi le ministre devait rendre visite à la polyclinique à l’UV 9 de la nouvelle ville Ali Mendjeli avant de se rendre à l’hôpital militaire de cette ville où il a pu apprécier l’ordonnancement, les capacités d’accueil et surtout les équipements modernes qui font la réputation de cet établissement. Après la pose de la première pierre du centre national de contrôle des produits pharmaceutiques à Ali Mendjeli et l’inauguration du centre de don du sang, le ministre devait se rendre à la clôture des journées d’étude consacrées aux affections du cancer. Notons qu’auparavant le ministre a visité le CHU Benbadis et en particulier le centre de cancérologie où les nouveaux équipements (3) de radiothérapie déjà installés, doivent entrer en fonction.

Published in La Revue de Presse
Page 1 sur 2

Projet SATELIT

Projets Num Doc (Online)

Plateforme Nationale Compere

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 229 invités et aucun membre en ligne

Université des Frères Mentouri

Université des Frères Mentouri - Constantine BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71