avril 2015 - Université Frère Mentouri - Constantine 1
mercredi, 22 avril 2015 11:31

l’année internationale de la lumière

L’Université des Frères Mentouri Constantine a abrité  le 12 avril 2015 les festivités de l’année internationale de la lumière en présence du Pr. Mohamed Mebarki, Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en compagnie de Mme Irina Bokova, Directrice Générale de l'Organisation des Nations unies pour l'Education, la Science et la Culture (Unesco). A la cérémonie d’ouverture,  Mme Bokova  a affirmé qu'à travers l'histoire de l'Algérie, la ville des ponts est la cité qui symbolise la ‘‘diversité culturelle'' et ‘‘montre le chemin de la tolérance''.  Elle a aussi rappelé que le savant Ibn El Haytham, dont le millénaire de la parution de son Traité d'optique coïncide avec le lancement de l'année internationale de la lumière, demeure le « pionnier » dans ce domaine et représente « un message de tolérance, d'ouverture et de paix ».

De son côté, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a mis l'accent sur l'importance accordée en Algérie à l'optique, ce qui est, a-t-il précisé « perceptible à travers un programme national de la recherche relatif à ce domaine ».

ALBUM PHOTO

 

A l'occasion de l'évènement "Constantine capitale de la culture arabe", l'Ambassade de la République de Finlande en Algérie a organisé une exposition sur l'explorateur finlandais Georg August Wallin (1811-1852).  Son excellence, Madame l'Ambassadrice de Finlande en Algérie a donné  à cette occasion une conférence sur la vie et les œuvres de cet explorateur.

Ce dernier a entrepris de nombreux  voyages dans les pays arabes du Moyens Orient afin d'étudier les dialectes arabes. Il a également fait des recherches sur le  rapport entre l'arabe parlé et la langue littéraire.

ALBUM PHOTOS


par Abdelkrim Zerzouri   | le Quodtien d'oran

     Ca Avec son look futuriste, la stature impressionnante de la salle Zénith semble lancer ses bras grands ouverts vers l'aéroport Med Boudiaf, tout près, pour accueillir les visiteurs de la capitale de la culture arabe, depuis hier mardi dans la ville des ponts. Constantine sera, une année durant, au cœur d'un grand évènement culturel qui devrait sceller les liens entre les pays arabes, entre les Algériens eux-mêmes et dévoiler au monde les richesses historiques de cette région ancestrale qui partage bien un patrimoine quasi mondial. Peut-être bien que, contrairement à la règle qu'on attribue à Ibn Khaldoun et qui dit que « les Arabes se sont mis d'accord pour ne jamais être d'accord », la culture apporterait une ‘‘Union'' qui échappe encore, et toujours, à la logique politique ? L'illusion serait trop forte. En tout cas, en tant que pays organisateur, l'Algérie a déroulé le tapis rouge devant ses hôtes. Des efforts financiers énormes ont été engagés par les pouvoirs publics en matière de préparation matérielle de la manifestation. La ville de Constantine, la capitale de la culture arabe, semble aux yeux de l'un des ses natifs, longtemps absent et qui est revenu ces derniers jours parmi les siens, « faire un bond de trente ans en matière de développement ». C'est que Constantine n'a jamais fait l'objet d'une telle sollicitude, on n'y a jamais accueilli de manifestations de grandes dimensions, la ville des ponts était un parent pauvre du développement avant l'arrivée de Bouteflika à la présidence, font remarquer des Constantinois et des officiels. Le Président, qui affiche une affection particulière pour la ville d'Ibn Badis, « mère des civilisations » ou « Oum El Haouadhar » (dixit Bouteflika en parlant de Constantine dans l'un des ses discours), où il a rarement manqué durant ces trois premiers mandats le rendez-vous de la célébration de Youm El Ilm (16 avril), dédié au vénérable Cheikh, a pesé de tout son poids pour l'élire au statut de capitale de la culture arabe. Bien avant, déjà, il a accordé une grande importance au développement de cette ville carrefour, symbole de la résistance d'une culture solidement ancrée dans ses traditions millénaires, héritées des civilisations qui ont rayonné sur le vieux rocher. « L'insigne honneur accordé à Constantine pour faire figure de représentation de la culture arabe ne peut pas être vain, cela peut même se transformer en déclic salutaire pour se ressourcer aux valeurs culturelles qui ont fait la notoriété de cette région et qui nous font, hélas, défaut de nos jours », estiment des avis largement partagés. Loin des acquis et des bilans marquant la phase préparation de la manifestation, critiqués jusqu'au degré de la sinistrose par certains, face à un satisfecit des autorités directement engagées dans la concrétisation des projets initiés dans ce cadre, la dimension morale de la culture, avec tout ce qu'elle englobe comme savoir-vivre, commence à prendre le dessus dans le débat au sein des habitants de Constantine. « Bien sûr, le décor de la ville qui doit se mettre au diapason de la manifestation, donner aux invités étrangers et aux visiteurs un aspect neuf et propre, surtout l'image d'une ville resplendissante, ne peut souffrir d'aucune négligence, mais nous serons jugés surtout pour notre comportement et l'accueil qu'on devrait réserver à nos hôtes, notre savoir et l'art de vivre ensemble en harmonie avec notre culture », relève A. Nadjib, un ex-élu de l'Assemblée communale du chef-lieu de wilaya. Tous les projets ne sont pas achevés, comme on l'aurait souhaité, chose qui irrite au plus haut niveau, mais la face sera sauvée avec ce qui est prêt, fort heureusement.

Les infrastructures culturelles réceptionnées constituent, selon les termes du ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, M. Abdemadjid Tabboune, « les piliers » de la manifestation. Le Zénith, le Centre culturel Med Laïd Al Khalifa, le Palais de la culture Malek Haddad, le Palais du Bey, le Théâtre régional, les hôtels Mariotte et El Khaïma, ainsi que d'autres projets structurants réalisés dans le cadre de la modernisation de la ville de Constantine, initiés du temps de l'ex-wali Abdelmalek Boudiaf, à l'exemple du tramway, du pont géant et du téléphérique, sont bien là pour pallier les imperfections qui entachent l'action globale. D'importants moyens humains et matériels, déployés au mois de mars dernier sur instruction du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ont permis de parachever les opérations d'embellissement de la ville et le traitement de l'environnement urbain. Le décor est déjà planté à Constantine qui offrait, ces deux derniers jours dans la soirée, des scènes dignes de liesse populaire après les victoires des Verts. Une foule impressionnante a convergé vers le centre-ville dès la tombée de la nuit, où les familles se prenaient en photos devant la statue d'Ibn Badis, placée en face de l'entrée du Centre culturel Med Laïd Al Khalifa, tout en lumière. « Les habitants ont manifesté beaucoup d'admiration face à l'embellissement qui a radicalement changé le visage du vieux centre-ville de Constantine », témoigne un taxieur qui a assisté à la ruée des automobilistes vers le centre-ville. Maintenant, on est dans le bain en entendant plutôt les gens se demander comment ils peuvent assister à des concerts, ou des pièces de théâtre, où ils doivent se procurer des billets, s'il y a lieu ? « J'espère que la fête ne nous sera pas confisquée par des invitations triées sur le volet », appréhende le citoyen lambda. Pour le moment, il n'existe aucune orientation dans ce sens, même le programme est élaboré d'une façon générale. « On aurait dû mettre en circulation des dépliants pour donner plus de détails sur la manifestation », relèvent des habitants. Enfin, on y verra un peu plus clair au sujet de la programmation des spectacles, qui se dérouleront dans des endroits accessibles, assure-t-on, comme les espaces publics et les centres culturels de la wilaya, après ce qui retient aujourd'hui l'attention, le coup d'envoi officiel de la manifestation, prévue ce jeudi 16 avril, en présence du Premier ministre, de 21 délégations étrangères et autres personnalités VIP. L'ouverture populaire, quant à elle, commence aujourd'hui même avec des défilés dans les rues de Constantine.

Published in La Revue de Presse
mercredi, 15 avril 2015 14:33

Appel à candidature - Formation

* Création de documents scientifique avec LaTeX (Du 03 Mai au 05 Mai 2015 Clôture des candidatures le 28 avril 2015)
 
* Maîtrise des outils de recherche et d'accès à la documentation scientifique (Du 17 Mai au 19 Mai 2015 Clôture des candidatures le 08 mai 2015)

* 05 Appels d'offres dans le mois courant (Avril) sans oublier que le total en 2015 est (13). Le tout est publié sur cette page 

http://umc.edu.dz/cnfp/index.php/appels-d-offres-bourses/appels-d-offres-en-cours

mercredi, 15 avril 2015 11:41

Social media: A network boost

   Information scientist Cassidy Sugimoto was initially sceptical that Twitter was anything more than a self-promotional time-sink. But when she noticed that her graduate students were receiving conference and co-authoring invitations through connections made on Twitter, she decided to give the social-media platform a try. An exchange that began last year as short posts, or 'tweets', relating to conference sessions led to a new contact offering to help her negotiate access to an internal data set from a large scientific society. “Because we started the conversation on Twitter, it allowed me to move the conversation into the physical world,” says Sugimoto, who studies how ideas are disseminated among scientists at Indiana University in Bloomington. “It's allowed me to open up new communities for discussions and increase the interdisciplinarity of my research.”

Télécharger

Published in Articles à Lire
mercredi, 15 avril 2015 11:38

Neuroscience in court: The painful truth

Brain-scanning techniques promise to give an objective measure of whether someone is in pain, but researchers question whether they are reliable enough for the courtroom.

Télécharger

Published in Articles à Lire
mercredi, 15 avril 2015 11:32

Optics: Super vision

    It seemed too good to be true, says Allard Mosk. It was 2007, and he was working with Ivo Vellekoop, a student in his group at the University of Twente in Enschede, the Netherlands, to shine a beam of visible light through a 'solid wall' — a glass slide covered with white paint — and then focus it on the other side. They did not have a particular application in mind. “I really just wanted to try this because it had never been done before,” Mosk says. And in truth, the two researchers did not expect to pick up much more than a faint blur.

Télécharger

Published in Articles à Lire

Algérie Télécom et le Centre de développement des technologies avancées (CDTA) ont procédé, hier, à une signature d’un pacte d’actionnaires qui consacre l’entrée d’Algérie Télécom dans le capital de SATICOM, filiale du CDTA et ce, pour le développement de solutions innovantes.

Cet accord permettra à SATICOM de prendre la forme juridique de société par actions, dont le capital, doté de 100 millions de dinars, sera réparti à hauteur de 67% pour Algérie Télécom et 33% pour le CDTA. Les documents ont été paraphés par le PDG d’Algérie Télécom, M. Azouaou Mahmal  et le directeur de la CDTA, M. Samir Tagzout sous l’égide de la ministre de la Poste et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Mme Zohra Derdouri et le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Mohamed Mebarki et ce, au niveau de la direction générale d’AT. «Cet accord constitue un nouveau jalon dans les relations déjà établies entre le secteur économique et celui de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique», a estimé la ministre de la Poste et des NTIC. Intervenant à cette occasion, elle  a affirmé que «c’est une initiative louable valorisant les capacités et compétences des deux parties» et «répondant aux ambitions des pouvoirs publics de créer  de nouvelles sources de croissance économique». Au-delà d’une simple opération d’entrée d’Algérie Télécom dans le capital de la filiale SATICOM du CDTA, explique la ministre, «le pacte scellé, aujourd’hui, exprime, une forte volonté des deux acteurs de conjuguer leurs efforts en  synergie pour contribuer efficacement au développement socio-économique du pays, en général, et à la promotion des usages des technologies de l’information et de la communication, en particulier». Algérie Télécom, selon la première responsable du secteur des TIC, ne peut assurer la pérennité de sa mission au service de l’économie nationale et du développement social de nos concitoyens  que «par la modernisation constante de ses outils de production et la diversification de ses activités et produits», a-t-elle assuré. La ministre a, en outre, affirmé que ce partenariat, «répond à la nécessité pour AT de se départir de l’image traditionnelle d’opérateur gérant et exploitant les infrastructures et de s’investir davantage dans les contenus». «Il contribuera également à consolider cette dynamique enclenchée, visant l’innovation des produits et services de cet opérateur pleinement engagé dans le processus d’édification de l’économie numérique et de la société de l’information en Algérie». Mme Derdouri considère que cette association tout en étant bénéfique aux partenaires «sera certainement profitable à d’autres acteurs du secteur qui pourront commander des développements et des études de recherche pour leurs propres besoins».
La ministre a enfin félicité l’ensemble des responsables, cadres et personnels du CDTA et d’AT pour les réalisations des outils déjà opérationnels, notamment la gestion des files d’attente et la télésurveillance ainsi que les nouveaux produits en cours d’expérimentation  qui «vont contribuer à l’amélioration du service public et je souhaite plein succès à ce partenariat», a-t-elle conclu. Il y a lieu de noter qu’avec son laboratoire de recherche et développement basé au Technoparc de Sidi Abdellah, la SATICOM aura pour missions la conception, le développement et l’intégration de solutions dans le domaine des TIC, ainsi que la réalisation et la fabrication industrielle de produits innovants. Elle aura pour missions de développer et commercialiser les produits d’affichage dynamique d’informations, la vidéosurveillance IP, la doléance électronique ainsi que le contrôle d’accès. De son côté, M. Mebarki, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique,  a affirmé que «cette signature revêt une importance particulière pour le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique», «car elle traduit la  politique du gouvernement qui veut que la recherche scientifique soit valorisée et traduite sur le terrain pour assurer un développement pour le pays», a-t-il dit. Le ministre a assuré que son département œuvre à encourager les centres de recherche performants à créer leurs propres filiales économiques pour «valoriser leurs propres produits de recherche», a-t-il dit. «C’est le début d’une longue coopération productive avec les secteurs des TIC stratégiques pour le développement du pays», a déclaré M. Mebarki.  
Par ailleurs, M. Azouaou a indiqué que l’entrée de SATICOM dans le giron d’AT «est un événement majeur dans le secteur national des TIC et l’économie algérienne en général». M. Azouaou a estimé que cette acquisition est «stratégique» pour AT qui, selon lui, «dispose désormais d’une véritable structure de recherche et développement de solutions destinées à nos propres besoins ainsi qu’à ceux du marché algérien». «C’est aussi un autre pas en avant dans le développement de contenus et de solutions algériens innovants, destinés dans une première phase au secteur professionnel», a-t-il conclu.
Sihem Oubraham

Published in La Revue de Presse

     La ministre a confirmé lors de son passage sur les ondes de la Chaîne III que Constantine est prête à accueillir les délégations locales et étrangers, surtout qu’il reste quelques jours avant l’ouverture de cette manifestation prévu le 16 avril, ajoutant que la bonne gestion du budget prévu pour la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe 2015 » est primordiale. «Nous devons rationaliser nos dépenses et nous insistons sur la traçabilité des enveloppes financières attribuées à chaque activité et nous veillons sur la transparence qui entoure la gestion de cette manifestation, c’est une façon moderne d’aborder le financement public», a-t-elle soutenu. Elle a ajouté que plusieurs projets sont prêts à l’instar de la salle le Zénith et le Palais de la culture « Malek Haddad », les préparatifs sont à un stade avancé, d’autres ont connu un peu de retard à l’instar du projet de la grande bibliothèque. «Le projet de bibliothèque a connu un certain retard à cause d’une partie de son terrain où il y avait des vestiges», dira la ministre. Avant de souligner : «Donc Constantine bénéficiera de plusieurs structures culturelles qui seront délivrées durant la manifestation». Elle a affirmé, notamment que la salle Zénith, le Palais de la culture, …sont prêts à abriter la manifestation. La première responsable du secteur a indiqué, également que cette manifestation sera une occasion de monter à nos invités arabes et étrangers l’histoire et la richesse culturelle de la ville de Constantine avec ses différentes facettes. «Constantine possède un patrimoine qui attire plus d’intérêt du fait qu’elle possède un patrimoine culturel, musical, gastronomique très raffinés ainsi que des traditions très riches à découvrir », a-t-elle souligné, ajoutant que cet événement important reflétera notre culture et notre identité en temps qu’Arabes, Musulmans et Amazighs à travers un programme très riche qui prévoit des activités culturelles et artistiques et des semaines culturelles pour chacun des pays participant qui viendront s'ajouter à celles des wilayas algériennes. «Nous avons 15 nouveaux films et plus de 40 pièces théâtrales programmés en prévision de cette manifestation», a-t-elle fait savoir. A propos des pays arabes participant à cette manifestation, Nadia Laabidi a affirmé que plusieurs pays arabes ont confirmé leur participation, ajoutant, également que d’autres ont émis le souhait de prendre part à la manifestation dont l'Espagne, la France, l'Italie, l'Inde et la Chine.

 

Mehdi Isikioune

Published in La Revue de Presse

    Célébrer la culture arabe depuis la ville de Constantine est aussi une façon d'apprendre à «vivre ensemble» et une manière d'«ancrer dans les esprits la culture de la paix», a estimé dimanche à Constantine, la directrice générale de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), Irina Bokova. Accompagnée du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, Mme Bokova, intervenant à l'université Constantine-1 à l'occasion du lancement de l'année internationale de la lumière, a affirmé qu'à travers l'histoire de l'Algérie, la ville des Ponts est la cité qui symbolise la «diversité culturelle» et «montre le chemin de la tolérance». Elle a ajouté, dans ce contexte, que le fait d'arpenter les rues de l'antique Cirta, c'est «remonter le temps et parcourir le monde et la mémoire, à travers des vestiges berbères, des traces romaines et un brassage de civilisations et de communautés». Affirmant que la culture arabe, comme toute autre culture, «se fortifie et se renouvelle dans l'échange», la directrice générale de l'Unesco a ajouté que la diversité du patrimoine archéologique, architectural et culturel est une «chance pour apprendre à vivre ensemble». Elle a également souligné que fêter la culture arabe dans un «moment tragique qui voit le patrimoine de l'humanité attaqué» est aussi une manière de «combattre l'obscurantisme et l'extrémisme» et «une occasion pour rétablir la vérité historique, celle de l'apport des musulmans dans l'émergence de la science».Mme Bokova a appelé, dans ce contexte, à la «valorisation de l'âge d'or des premiers khalifats de l'islam», creuset du savoir et de la culture afin, a-t-elle souligné d'«opposer la lumière des sciences et de l'éducation à l'obscurantisme et à l'ignorance». Elle a aussi rappelé que le savant Ibn El Haytham, dont le millénaire de la parution de son Traité d'optique coïncide avec le lancement de l'année internationale de la lumière, demeure le «pionnier» dans ce domaine et représente «un message de tolérance, d'ouverture et de paix». De son côté, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a mis l'accent sur l'importance accordée en Algérie à l'optique, ce qui est, a-t-il précisé «perceptible à travers un programme national de la recherche relatif à ce domaine». Le ministre a également souligné qu'il était primordial de compléter ce dispositif académique par «l'instauration d'une culture scientifique» afin de promouvoir la science et la connaissance au sein de la société. Evoquant le programme des manifestations de l'année internationale de la lumière, M. Mebarki a indiqué que d'éminentes personnalités nationales et étrangères, des universitaires et des chercheurs versés dans ce domaine, donneront des conférences et animeront des débats au cours de colloques devant être organisés tout au long de l'année. La directrice générale de l'Unesco avait entamé sa visite à Constantine par la découverte du musée national Cirta et du palais Ahmed Bey, siège du musée national des arts et expressions culturelles traditionnelles.

Published in La Revue de Presse
Page 1 sur 4

Les agences de recherche

 

Anvredet

 

Atrst

 

Atrss

 

Atrssh

 

Atrsnv

 

Atrbsa

 

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Novembre 2016 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 467 invités et aucun membre en ligne

Université Frères Mentouri Constantine 1

Université Frères Mentouri - Constantine 1 BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71