Enseignement supérieur : « Le système LMD professionnalise davantage les formations universitaires »

Rate this item
(0 votes)

Les diplômés des grandes écoles, souligne l’universitaire M. Musette, «enregistrent un taux d’insertion très appréciable. Les efforts entrepris en Algérie sont ainsi positifs».Plus de dix ans après son application, le système d’enseignement LMD (licence, master, doctorat) ne cesse d’être au centre de tout débat sur la réforme de l’enseignement supérieur. Et depuis son instauration, ce système a donné satisfactions certes, mais suscite aussi des attentes. Aujourd’hui, la problématique la plus importante, dont débattent les spécialistes en la matière, a trait plus à « l’employabilité des diplômés que de leur adéquation », tel est du moins, le constat fait par Mohamed Saïb Musette, sociologue et maître de recherche au niveau du Centre de recherche en économie appliquée pour le développement(Cread) à Bouzaréah. Contacté par nos soins, l’universitaire fait savoir que « les réformes de l’enseignement supérieur, avec l’avènement du LMD, permettent actuellement de mieux professionnaliser les formations universitaires.» Il souligne également que les diplômés des grandes écoles « enregistrent un taux d’insertion très appréciable. Les efforts entrepris en Algérie sont ainsi positifs.»
Pour M. Musette, le véritable problème ne se situe pas au niveau du diplôme lui-même, mais au niveau de son « absorption par l’économie.» De son côté, le Professeur Abdeslem Sahraoui, du département de Lettres et de Langue arabe de l’université Constantine 1, lors d’un récent séminaire, a relevé que ce système a été créé selon des normes européennes convenables à la société occidentale. « Pour assurer la qualité, il faut appliquer un système de qualité. Pour que le LMD ait un écho et une influence positifs sur l’enseignement supérieur, il doit y avoir une étude pédagogique profonde et pointilleuse de la société et du travail universitaire algériens.»
Le LMD, rappelons-le, a été appliqué depuis 2004 dans le but d’améliorer le niveau d’apprentissage au sein de l’université algérienne et rendre les diplômes algériens équivalents à ceux de l’Europe. Ce système a attiré, durant la première année, 6.677 nouveaux bacheliers soit 3,4% des nouveaux inscrits.
Sa mise en place a été précédée par un débat initié par le ministère de l’Enseignement supérieur. Durant l’année 2005/2006, il a été généralisé, à d’autres établissements et les effectifs ont atteint 18.884 étudiants. Dans une de ses déclarations, M. Mebarki, premier responsable du secteur, a estimé que certaines universités ont certes basculé dans ce système dès son institution, mais sa généralisation à la totalité des filières et disciplines a été relativement lente. L’autre raison invoquée par le ministre est relative à la « coexistence » entre les deux systèmes, classique et LMD. Il a fait également savoir que « les deux systèmes fonctionnent parallèlement, et la transition entre eux a trop duré.» Le ministre a également évoqué les efforts qui doivent être multipliés en matière d’encadrement. Les 51.000 enseignants que compte l’université algérienne « s’avèrent insignifiants », dit-il, eu égard aux objectifs du LMD.
Ce système devait, selon le ministre, s’appuyer sur l’environnement économique et industriel.  
Fouad Irnatene | El moudjahid

Read 5969 times

Réseaux sociaux

Réseaux sociaux

Les agences de recherche

 

Anvredet

 

Atrst

 

Atrss

 

Atrssh

 

Atrsnv

 

Atrbsa

 

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Avril 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

En ligne

Nous avons 423 invités et aucun membre en ligne

Université Frères Mentouri Constantine 1

Université Frères Mentouri - Constantine 1 BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71