Nos sites web

L’implication du monde de l’entreprise dans l’orientation des offres de formation est importante

Rate this item
(0 votes)

La formation professionnelle en tant que vecteur de développement est censée être un enjeu stratégique commun entre les collectivités publiques, les établissements de formation et les entreprises économiques. Or, sur le plan national, ce rapprochement indispensable peine à se consolider.

Dans la Mitidja, les industriels réunis au sein du Club des entrepreneurs et des industriels de la Mitidja CEIMI semblent avoir réalisé toute l’ampleur de cet enjeu ; ils s’impliquent désormais activement dans l’effort autant logistique, financier que pédagogique de l’enseignement et de formation. Dans cet entretien, Kamel Moula, président du CEIMI et directeur général des laboratoires revient brièvement sur l’expérience de l’engagement des industriels de la région de Blida avec le secteur de la formation professionnelle.

 

Certains imputent les difficultés d’insertion des jeunes diplômés de la formation professionnelle à l’architecture des enseignements qui ne garantissent pas la qualification effective du stagiaire. Pensez-vous qu’une implication précoce des entreprises dans la construction des programmes remédiera à ces manquements ?

Absolument, la formation professionnelle en tant que vecteur d’emploi est supposée renforcer l’employabilité des individus par le développement de profils qualifiés de qualité. Cela va sans dire qu’ils doivent correspondre aux besoins des entreprises sans ignorer que ces dernières sont en continuelle transformation sur le plan de l’organisation du travail comme pour suivre les nouvelles technologies qui nécessitent de nouvelles compétences et créent par conséquent de nouveaux métiers. L’entreprise, de par sa présence en première ligne sur le marché, est naturellement plus sensible à ces mutations. L’implication du monde de l’entreprise dans l’orientation des offres de formation de ce point de vue paraît important.

Le Club des entrepreneurs et des industriels de la Mitidja est l’un des rares regroupements patronaux qui se sont engagés concrètement dans des initiatives de rapprochement avec le secteur de l’enseignement et de la formation professionnels. Quels sont les facteurs qui ont motivé cet investissement, et quels sont les résultats qui en ont résulté à l’heure actuelle ?

Nous venons d’ailleurs tout juste de lancer une école de formation pour les métiers du plastique en partenariat avec le ministère de tutelle, mais nous avons déjà à notre actif plusieurs actions de ce genre et cela remonte déjà à quelques années. Nous gardons depuis les canaux de communication ouverts avec les entités d’enseignement et de formation et nous insistons à valoriser toutes les occasions pour intensifier le dialogue et la coopération. A ce propos, le dernier Salon de la formation professionnelle tenu à Blida a été très instructif pour nous à la lumière des témoignages de formateurs, d’apprenants et de chefs d’entreprise présents.

En effet, notre approche d’implication dans la qualification des ressources humaines en amont était motivée au tout début par des situations de manque flagrant de main- d’œuvre spécialisée et bien qualifiée qui  faisait en sorte que des industriels accusaient carrément des pertes à défaut de faire tourner leur outil de travail de manière appropriée et d’atteindre les performances optimales de leur investissement. Des postes étaient pourtant à pourvoir, mais ne trouvaient pas de candidats faute de compétences réelles.

L’offre des entités de formation ne correspondait plus aux besoins des entreprises qui se modernisent continuellement suivant le développement technologique d’une part, et les nouvelles organisations du travail d’autre part. Cette réflexion au sein de notre Club d’entrepreneurs nous a amenés à la conviction qu’il y va du devenir de nos investissements.

Comment assurer la compétitivité indispensable devant le marché libre et qui s’ouvre de plus en plus sur les entités économiques d’ampleur multinationale ? Nous étions conscients dès lors que sans ressource humaine qualifiée et sans main-d’œuvre compétente qui corresponde aux besoins précis de chacun, on ne pourra pas garantir notre pérennité sur le marché. Il fallait, en plus de communiquer nos besoins aux formateurs, trouver de nouvelles approches pour également pérenniser un modèle de formation dynamique qui puisse s’adapter aux mutations en cours et capter les nouveaux savoir-faire à transmettre qui correspondent aux nouveaux métiers de demain.

Dès 2008, nous nous sommes rapprochés de l’université Saâd Dahlab de Blida et cela s’est soldé par de très encourageantes initiatives, notamment en matière d’établissement de licences professionnelles. Mais pour revenir à la formation professionnelle qui reste le pourvoyeur indispensable de compétences et un vecteur de croissance souvent et malheureusement relégué, nous nous sommes engagés à rejoindre les efforts de l’Etat en matière de formation professionnelle.

Après avoir sensibilisé le plus grand nombre des entreprises au sein de notre Club (CEIMI) que l’enjeu de la formation professionnelle est un enjeu commun. Autant pour notre jeunesse en quête d’insertion professionnelle et de plan de carrière, il représente un levier principal de développement local pour les collectivités et est garant de cohésion sociale qui rejoint également la responsabilité sociale de l’entreprise et l’harmonie de son environnement.

Enfin, la formation professionnelle adaptée est surtout la condition sine qua non de la compétitivité de l’entreprise et de la croissance. Idéalement, nos ambitions ont finalement été rejointes par les nouvelles politiques de réforme des formations professionnelles. Il faut avouer que le ministère de la Formation professionnelle nous a ouvert grandes les portes. Et il ne reste désormais aux entreprises prévoyantes qu’à matérialiser leurs partenariats.

Les passerelles de dialogue et d’échange ont été également favorisées avec la mise à niveau des centres et instituts de formation opérée par la tutelle et l’adoption de nouvelles approches pédagogiques initiées ces dernières années nous a été très avantageuse pour exprimer nos besoins, mais plus encore de concourir à la création de nouvelles formations et d’y participer dans l’encadrement et l’évaluation.

Concrètement, cela s’est traduit de quelle manière ?

Il y a eu la réactivation de l’école de meunerie, et plus récemment la concrétisation de l’école de plasturgie qui est un excellent modèle de coopération et de partenariat vraiment gagnant-gagnant. Avec l’appui du ministère de la Formation professionnelle et le concours de plusieurs industriels et professionnels, y compris étrangers, nous avons pu concrétiser cet édifice d’enseignement moderne qui ouvrira incessamment ses portes pour rattraper un retard immense accusé par plusieurs industries dont les activités qui font appel à des profils de techniciens supérieurs qualifiés pour prendre en charge les équipements modernes sous-exploités.

Trois entreprises adhérentes à notre club y ont contribué en dotant l’école d’équipements stratégiques - une souffleuse, une extrudeuse, une machine d’injection - du matériel professionnel extrêmement coûteux, mais dont l’apport pédagogique rapportera à l’ensemble des industriels locaux une ressource humaine performante encore plus précieuse.

Cela a-t-il été concluant ?

Nous enregistrons des résultats encourageants depuis la mise en œuvre des nouvelles méthodes d’enseignement adoptées par la tutelle ; la création de programmes de formation développés selon les principes de l’approche par compétences (APC) met concrètement l’accent sur l’acquisition de compétences concrètes plutôt que des enseignements abstraits et permet à nos cadres professionnels de contribuer positivement dans ce processus.

Notre implication dans l’effort de formation consistera entre autres à favoriser la mobilisation de toutes les connaissances enseignées à l’apprenant face à des situations réelles pour renforcer la capacité à appliquer son savoir-faire de façon pertinente et au moment opportun. Cela passe par des stages en entreprise bien encadrés, ou mieux encore le fait de mettre l’apprenti en interaction avec les même outils de travail comme dans le cas de l’école de plasturgie. Enfin, la mise en relation des listes de compétences avec une nomenclature des métiers permet une meilleure visibilité du marché du travail, d’une part, et une meilleure lisibilité des diplômes, d’autre part.

L’exemple de votre proximité avec la formation professionnelle reste toutefois exceptionnel. Mais il demeure partout ailleurs un désintérêt de la part de certains entrepreneurs envers ces questions. Selon vous, comment serait-il possible de mettre un terme à la frilosité des formateurs envers les entreprises et réciproquement ?

L’engagement des entités économiques publiques et privées ne doit pas être perçu comme une ingérence dans les prérogatives des institutions d’enseignement et de formation, car il ne s’agit pas uniquement de la communication des besoins en matière de main-d’œuvre, mais bien au-delà d’un échange d’expérience de développement de compétences et d’actions communes en vue de rentabiliser justement toutes les dépenses investies par les entités de formation. Il ne faut pas non plus envisager les apports des entreprises dans ce sens comme une forme d’aide ou d’assistance sociale, bien au contraire.

Il s’agit d’envisager la formation comme un investissement qui, tout en favorisant l’employabilité des jeunes formés offre en contrepartie des ressources humaines opérationnelles et performantes et améliore par là même la compétitivité des entreprises ; d’autre part, l’anticipation dans l’effort de professionnalisation dote les entreprises d’une meilleurs maîtrise des outils et des méthodes de formation absolument indispensables pour le développement potentiel de ses ressources humaines en parallèle avec son développement technologique, et ce, à travers la formation tout au long de la vie professionnelle, garante de la sécurisation des parcours professionnels.

Read 5923 times

Projet SATELIT

Projets Num Doc (Online)

Plateforme Nationale Compere

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Juillet 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 212 invités et aucun membre en ligne

Université des Frères Mentouri

Université des Frères Mentouri - Constantine BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71