Nos sites web

 par A. Mallem | le quotidien d'oran

    Le secteur de la formation professionnelle de la wilaya de Constantine a entamé hier la préparation de la rentrée de la première session programmée pour le 28 septembre prochain. C'est au cours d'une conférence de presse organisée hier au siège de la direction de wilaya sise à la zone industrielle le Palma que les dispositions prises pour cette rentrée et les chiffres correspondant à la nouvelle rentrée de la formation professionnelle ont été révélés. Ainsi, selon les animateurs de la conférence de presse, faite en présence de la directrice de wilaya, Mme Belmadjate, toutes les informations relatives à cette rentrée ont été communiquées à la presse. Selon M. Karouche Saïd, chef du service formation à la direction de wilaya, le ton sera donné, à partir d'aujourd'hui, par le lancement d'une semaine d'information et de sensibilisation à travers les communes de la wilaya. Elle sera organisée à l'intention des jeunes pour les inciter à s'inscrire dans les centres de formation professionnelle afin d'acquérir un métier et se lancer dans le monde du travail. Dans cette optique, 8 communes ont été ciblées et les opérations d'information, d'orientation et de sensibilisation vont se dérouler au niveau des centres culturels. Il s'agit des communes de Aïn Abid, Benbadis, Hamma Bouziane, Didouche Mourad, Zighoud Youcef, Ibn Ziad et Messaoud Boudjériou. Pour Constantine, un stand et des bureaux seront ouverts aujourd'hui, à partir de 1Oh, sur l'esplanade de la Brèche où il sera procédé à l'inscription en ligne des candidats.

Abordant les données chiffrées de la nouvelle rentrée, le chef du service de la formation a indiqué que 8.600 postes, tous types de formation confondus, sont offerts lors de cette première session (une seconde session est prévue pour le début de l'année prochaine). «Actuellement, a annoncé le conférencier, nous sommes parvenus à un chiffre de 2.000 candidats inscrits. Et c'est pour cela que nous avons décidé de mettre le paquet en organisant cette campagne d'information». Relativement aux spécialités offertes, M. Kerrouche n'a pas signalé de nouvelles qui sont venues s'ajouter aux 92 spécialités enseignées dans les différents niveaux de formation (du niveau CAP jusqu'à technicien supérieur) dans les 16 branches professionnelles enseignées dans les centres de la wilaya. Question structures, les mêmes centres d'enseignement et d'apprentissage seront sollicités aussi cette année. Et ces centres sont au nombre de 4, dont 3 INSFP (Institut national spécialisé de la formation professionnelle) et un IEP (Institut de l'enseignement professionnel). Les trois INSFP sont ceux de Sidi Mabrouk et de Zerzara à Constantine et le 3e celui d'El-Khroub. L'IEP se trouve au niveau d'Ali Mendjeli. En terminant, le cadre de la formation professionnelle a signalé que les structures de la formation professionnelle de la wilaya ont formé la saison dernière 7.500 stagiaires. Et cette année, le secteur compte avoir 13.000 apprenants, tous types de formation confondus. En matière d'encadrement, la wilaya compte sur 650 enseignants et la direction prévoit le recrutement de formateurs dont le nombre n'est pas encore arrêté.

 

 

 


Une nouvelle étude menée sur des météorites martiennes témoigne de l’existence de poches de gaz de méthane sous la surface martienne. Un élément propice au maintien de la vie comme certains micro-organismes des milieux extrêmes que l’on peut observer sur Terre. Depuis des années, les astronomes s’attèlent à la recherches de preuves sur Mars attestant de l’existence de formes de vie actuelles et passées. Alors que ces indices ne semblent jamais avoir été aussi insaisissables, une nouvelle étude suggère de s’intéresser à ce qui se cache sous la surface de la planète rouge. Pour en arriver à de telles conclusions, les scientifiques ont mené des travaux sur six météorites martiennes provenant de diverses collections de musées. Leurs résultats, publiés dans la revue Nature Communications affirme la présence de poches de gaz méthane à l’intérieur de ces roches. Selon les chercheurs, cette découverte laisse sous-entendre la possibilité pour des organismes méthanotrophes, tels que des bactéries, de se développer dans le sol de la planète. Se concentrer sous la surface "Nous devons être clair sur le fait que nous n'avons pas détecté la vie. Toutefois, si la vie existe sur Mars, alors nous devrions nous concentrer sur le sous-sol", a résumé dans un communiqué Nigel Blamey, directeur des travaux et chercheur à l'Université Brock en Ontario. L'an dernier, le robot de la NASA Curiosity a identifié de curieuses fluctuations de méthane provenant d’une zone située sous le cratère Gale. Toutefois, des questions demeuraient quant à son origine. Ces observations suggèrent ainsi que le gaz est toujours produit sur la planète à l’heure actuelle. La surface de Mars, constamment bombardée par les radiations, est considéré comme un environnement hostile à la vie dans lequel les températures peuvent chuter aussi bas que -90°C. Un environnement propice aux organismes des milieux extrêmes ? Toutefois, les analyses menées sur les météorites suggèrent que les conditions sous la surface pourraient être plus favorable, tout du moins pour les micro-organismes des milieux extrêmes. Ces bactéries, habituées aux environnement riches en méthane et pauvres en oxygène vivent ici sur Terre dans les vases, les marais et tourbières. Les scientifiques restent néanmoins divisés quant à l’origine de ce méthane sur Mars. Sur Terre, une grande partie de ce gaz présent dans l'atmosphère est produite par la vie, y compris les micro-organismes méthanogènes et les animaux. Cependant, le méthane dans les météorites pourrait avoir été produit par des bactéries, il y a plus d'un milliard d'années à une époque où l'eau liquide coulait à la surface de la planète rouge. Le programme ExoMars développé par l'Agence spatiale européenne devrait apporter plus de réponses sur ce mystère. Il est prévu qu’un robot soit envoyé sur la planète rouge et arrive en 2019 pour récolter des échantillons jusqu’à deux mètres en dessous de la surface.

Publié par Maxime Lambert, le 19 juin 2015

 

 

 


 

As a young physicist in Tunisia, Imen Sfar gave little thought to politics until March 2010, when a street vendor set himself on fire to protest about corruption in the city of Monastir, where Sfar worked.

Two months later, an influential blogger and close friend of Sfar's was arrested and interrogated for helping to organize a demonstration opposing Internet censorship in Tunisia. His detention gave Sfar the “courage factor”, she says, to join the revolution that erupted in December 2010, after another street vendor set himself aflame in Sidi Bouzid to protest against harassment by local officials. That act unleashed years of pent-up frustrations against the repressive government of President Zine al-Abidine Ben Ali, who had ruled the country for almost a quarter of a century (see Nature 469, 453454; 2011).

Téléchargement


Sprawled across a vast site on the river Rhine in Germany is a small city built from glittering steel: the headquarters of chemical giant BASF. Boasting a daytime population of about 50,000 people, it is criss-crossed by a grid of streets bearing names that commemorate the company's stock in trade: Methanolstrasse, Ammoniakstrasse, Gasstrasse.

Téléchargement


When Stephen Fesik left the pharmaceutical industry to launch an academic drug-discovery laboratory, he drew up a wanted list of five of the most important cancer-causing proteins known to science. These proteins drive tumour growth but have proved to be a nightmare for drug developers: they are too smooth, too floppy or otherwise too finicky for drugs to bind to and block. In the parlance of the field, they are 'undruggable'.

Téléchargement


In July 2010, the Chinese government sent a chill through the world's high-technology industries when it announced a 37% cut in export quotas for rare-earth elements — a group of 17 metallic elements that are essential ingredients in display screens, low-energy lighting, high-powered lasers and a host of other twenty-first-century products.

téléchargement


In August 2014, officials from the World Health Organization (WHO) called global-health specialist Adrian Hill, who is the director of a non-profit vaccine-research centre. They had an urgent question: how soon could the centre launch a clinical trial for an Ebola vaccine?

Téléchargement


Eli Bressert planned to spend his academic career in search of forming stars. He had completed a PhD in astronomy at the University of Exeter, UK, and had won a prestigious postdoctoral fellowship to study radio astronomy near Sydney, Australia. Citations of his papers and invitations for collaborations and conference talks were on the rise. He had no reason to want to work outside astronomy.

Téléchargement


Stefan Green always wanted to pursue biology, and fell in love with microbiology as a graduate student. As he advanced through his graduate education and postdoctoral fellowships, he reckoned that everything would come together because he had ticked all the right boxes. Following the pathway of his parents, both of whom are biologists, he earned a master's in environmental engineering and a PhD in microbiology and plant protection, completed two postdocs and has a long list of publications and posters. But — not surprisingly in today's discouraging research-career environment — his drive for a tenure-track position stalled in 2010. He could not get an academic tenure-track position despite his stellar CV. “I did two postdocs. I taught microbial ecology for a semester,” he recalls. “But after several interviews for permanent positions, I wasn't having any luck.”

 

Green gave up the academic-research battle and found a different way to keep his hand in science. During one of his postdocs, Green had tried to find ways to characterize microbial communities without using modern sequencing techniques because the financial and labour costs of the technology was out of the reach of his lab. From this experience, he discovered that he enjoys and has a knack for working with instrumentation. Today, he is director of the DNA-services laboratory at the University of Illinois at Chicago.

Téléchargement


When chemist Fred Holzhauer started a job at a cleaning-products company in 2008, his first assignment was to create a tablet dishwasher detergent that contained no polyacrylates, or any other ingredients commonly found in dishwashing products that have negative impacts on human health and the environment. Of course, the detergent also had to work well in a dishwasher — and to last for months on shop shelves without degrading or losing effectiveness. It also had to be affordable.

Téléchargement


Page 40 sur 48

Portail de la rentrée Universitaire 2019-2020

Projets Num Doc (Online)

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Octobre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 400 invités et aucun membre en ligne

Université Frères Mentouri Constantine 1

Université Frères Mentouri - Constantine 1 BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71