Print this page

Signature d’un pacte d’actionnaires entre Algérie Telecom et le CDTA : Les NTIC au service de la recherche scientifique

Rate this item
(0 votes)

Algérie Télécom et le Centre de développement des technologies avancées (CDTA) ont procédé, hier, à une signature d’un pacte d’actionnaires qui consacre l’entrée d’Algérie Télécom dans le capital de SATICOM, filiale du CDTA et ce, pour le développement de solutions innovantes.

Cet accord permettra à SATICOM de prendre la forme juridique de société par actions, dont le capital, doté de 100 millions de dinars, sera réparti à hauteur de 67% pour Algérie Télécom et 33% pour le CDTA. Les documents ont été paraphés par le PDG d’Algérie Télécom, M. Azouaou Mahmal  et le directeur de la CDTA, M. Samir Tagzout sous l’égide de la ministre de la Poste et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Mme Zohra Derdouri et le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Mohamed Mebarki et ce, au niveau de la direction générale d’AT. «Cet accord constitue un nouveau jalon dans les relations déjà établies entre le secteur économique et celui de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique», a estimé la ministre de la Poste et des NTIC. Intervenant à cette occasion, elle  a affirmé que «c’est une initiative louable valorisant les capacités et compétences des deux parties» et «répondant aux ambitions des pouvoirs publics de créer  de nouvelles sources de croissance économique». Au-delà d’une simple opération d’entrée d’Algérie Télécom dans le capital de la filiale SATICOM du CDTA, explique la ministre, «le pacte scellé, aujourd’hui, exprime, une forte volonté des deux acteurs de conjuguer leurs efforts en  synergie pour contribuer efficacement au développement socio-économique du pays, en général, et à la promotion des usages des technologies de l’information et de la communication, en particulier». Algérie Télécom, selon la première responsable du secteur des TIC, ne peut assurer la pérennité de sa mission au service de l’économie nationale et du développement social de nos concitoyens  que «par la modernisation constante de ses outils de production et la diversification de ses activités et produits», a-t-elle assuré. La ministre a, en outre, affirmé que ce partenariat, «répond à la nécessité pour AT de se départir de l’image traditionnelle d’opérateur gérant et exploitant les infrastructures et de s’investir davantage dans les contenus». «Il contribuera également à consolider cette dynamique enclenchée, visant l’innovation des produits et services de cet opérateur pleinement engagé dans le processus d’édification de l’économie numérique et de la société de l’information en Algérie». Mme Derdouri considère que cette association tout en étant bénéfique aux partenaires «sera certainement profitable à d’autres acteurs du secteur qui pourront commander des développements et des études de recherche pour leurs propres besoins».
La ministre a enfin félicité l’ensemble des responsables, cadres et personnels du CDTA et d’AT pour les réalisations des outils déjà opérationnels, notamment la gestion des files d’attente et la télésurveillance ainsi que les nouveaux produits en cours d’expérimentation  qui «vont contribuer à l’amélioration du service public et je souhaite plein succès à ce partenariat», a-t-elle conclu. Il y a lieu de noter qu’avec son laboratoire de recherche et développement basé au Technoparc de Sidi Abdellah, la SATICOM aura pour missions la conception, le développement et l’intégration de solutions dans le domaine des TIC, ainsi que la réalisation et la fabrication industrielle de produits innovants. Elle aura pour missions de développer et commercialiser les produits d’affichage dynamique d’informations, la vidéosurveillance IP, la doléance électronique ainsi que le contrôle d’accès. De son côté, M. Mebarki, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique,  a affirmé que «cette signature revêt une importance particulière pour le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique», «car elle traduit la  politique du gouvernement qui veut que la recherche scientifique soit valorisée et traduite sur le terrain pour assurer un développement pour le pays», a-t-il dit. Le ministre a assuré que son département œuvre à encourager les centres de recherche performants à créer leurs propres filiales économiques pour «valoriser leurs propres produits de recherche», a-t-il dit. «C’est le début d’une longue coopération productive avec les secteurs des TIC stratégiques pour le développement du pays», a déclaré M. Mebarki.  
Par ailleurs, M. Azouaou a indiqué que l’entrée de SATICOM dans le giron d’AT «est un événement majeur dans le secteur national des TIC et l’économie algérienne en général». M. Azouaou a estimé que cette acquisition est «stratégique» pour AT qui, selon lui, «dispose désormais d’une véritable structure de recherche et développement de solutions destinées à nos propres besoins ainsi qu’à ceux du marché algérien». «C’est aussi un autre pas en avant dans le développement de contenus et de solutions algériens innovants, destinés dans une première phase au secteur professionnel», a-t-il conclu.
Sihem Oubraham

Read 4199 times