Nos sites web

Des poêtes en herbe se clashent à Constantine

Rate this item
(0 votes)

             Ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre des slameurs à Constantine. Mais l’atelier et le concours de slam organisés par l’institut français, et dirigés par le français Vincent le Borhis, slameur professionnel, ont été l’occasion inespérée de découvrir des trésors cachés. Des talents qui auraient fait le bonheur de Malek Haddad. La formation, entre dans le cadre du printemps des poètes 2015, sous le thème «Voix de la ville, voie de la rue», s’est étalée sur 4 jours, couronnée par un tournoi, organisé le 1er avril, et ce n’est pas une blague ! Lors de notre rencontre avec ces jeunes timides, le mot «thérapie», revenait comme un leitmotiv pour exprimer leur soif d’une expression libre. Mais avant d’aller plus loin, Qu’est-ce que le slam ? Il s’agit d’une poésie récitée sur fond musical ou pas ; c’est surtout un art d’expression orale populaire, pratiqué généralement dans des lieux publics, à la marge du système du showbiz. Le slam joint écriture et oralité, le tout dans une simplicité extrême. Tous les thèmes sont permis, à condition d’utiliser ses propres textes. A la base, c’est un mouvement américain initié par Marc Smith à Chicago en 1986, dans un bar de jazz, le Green Mill Tavern. «Pour moi, le slam est un besoin, qui s’est installé au fil du temps, surtout pour faire sortir mes ressentis vis-à-vis de tout ce qui m’entoure, chose qui n’est pas toujours aisée dans une société où la communication laisse à désirer», confie Sabrina, jeune slameuse rencontrée à l’IF. Expression libre Sabrina est une étudiante de médecine, tombée amoureuse de l’écriture dès son jeune âge ; elle est aussi l’heureuse lauréate du concours organisée mercredi. Elle aura donc l’occasion et la responsabilité de représenter la ville lors de la finale nationale, prévue le 14 avril à l’institut français d’Alger. Le gagnant de ce tournoi pourra participer au tournoi international qui aura lieu juin prochain en France. Lorsqu’on a abordé la question de la scène, en tant qu’espace d’expression, les jeunes participants à l’atelier, ont été unanimes à exprimer leur besoin de scènes, surtout ouvertes. Une scène ouverte est une scène où tout le monde peut déclamer ses rimes devant le public. Cette rencontre poétique a été l’occasion de découvrir des talents cachés, à l’image de Camelia, jeune fille d’à peine 14 ans, qui s’exprime d’une manière très subtile, avec beaucoup de profondeur. Son texte labyrinthe le montre si bien. Il n’y avait qu’à voir, le bonheur sur le visage de ces artistes en herbes qui se sont exprimés sur la scène ouverte de l’institut, même si pour beaucoup c’était la première fois. El Waw, Lord-M, Sabrina, Camelia, Camille, Youcef, Nora, Ayoub, Med-i, et tant d’autres n’ont pas lésiné sur les rimes pour nous faire entrer dans leurs mondes qui subliment la réalité avec beauté.

Read 4410 times

Projet SATELIT

Projets Num Doc (Online)

Plateforme Nationale Compere

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Août 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 208 invités et aucun membre en ligne

Université des Frères Mentouri

Université des Frères Mentouri - Constantine BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71